9 janvier 2018
Le bronchoscope utilisé chaque semaine à Sorel-Tracy
Par: Sarah-Eve Charland

Le bronchoscope Ebus est utilisé selon les prédictions du ministère. (Photo: archives)

L’Hôtel-Dieu de Sorel a reçu le bronchoscope Ebus en septembre 2017. Depuis, il est utilisé une à deux fois par semaine.

Ces chiffres correspondent aux prédictions du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est. Jusqu’à maintenant, chaque examen d’Ebus a permis d’obtenir un diagnostic.

Les patients ont pu avoir accès à un examen dans un délai de moins d’une semaine en général. « Les patients ont pu avoir leur examen à proximité de leur domicile. Cela leur a permis d’obtenir un diagnostic rapide sans avoir à voyager sur de longues distances ou à débourser des coûts pour obtenir cet examen à l’extérieur », mentionne la porte-parole du CISSS, Catherine Latendresse.

Avant l’achat du bronchoscope à Sorel-Tracy, les personnes désirant un dépistage du cancer du poumon grâce au bronchoscope Ebus devaient se rendre à Saint-Hyacinthe. L’alternative s’avérait à procéder à une chirurgie particulièrement évasive pour dépister le cancer du poumon.

Les coûts de l’achat de cet appareil s’élevaient à 188 167$. L’argent restant du bronchoscope Ebus sera utilisé en pneumologie.

La Fondation Hôtel-Dieu de Sorel avait mis sur pied une campagne de financement en 2014-2015, dans laquelle elle avait amassé 230 000$, pour couvrir les frais du bronchoscope. Le 1er février 2017, le refus du ministre de la Santé Gaétan Barrette a été dévoilé au grand public. Après une mobilisation du public (marche et pétition) et la tenue d’une étude de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, le ministre a finalement accepté l’achat.

image