11 mai 2021
Trouver un logement, une quête de longue haleine
Par: Alexandre Brouillard

Alors que plusieurs résidents de la région peinent à trouver un logement adéquat, certains se butent même à de la discrimination et à une variété de demandes improbables. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Avec un taux d’inoccupation des loyers de 2,5 % dans la région de Sorel-Tracy, plusieurs résidents peinent à trouver un logement qui répond à tous leurs besoins. C’est le cas de Joëlle Tardif et de Vicky Brasseur, deux Soreloises qui font des pieds et des mains pour trouver un endroit convenable où vivre avec leur famille.

Publicité
Activer le son

« Trouver un logement ou une maison à louer pour mes enfants et moi est devenu une mission presque impossible », lance d’emblée Joëlle Tardif, infirmière et mère de deux enfants, qui doit quitter la maison qu’elle loue depuis trois ans pour faire place à son propriétaire qui s’y établira.

« J’ai envoyé un peu plus de 40 messages à des propriétaires de logements et de maisons à louer, mais il est toujours trop tard. Parmi toutes les demandes envoyées, seulement deux ou trois propriétaires m’ont répondu pour une visite », déplore Mme Tardif.

« J’avais beaucoup de critères lorsque j’ai commencé mes recherches, admet-elle. Je voulais absolument trouver une maison pour avoir plus d’espace. Je vis depuis trois ans dans une maison où j’ai accès à une grande cour, je voulais donc trouver un autre endroit avec un grand terrain pour pouvoir y installer ma petite piscine et la trampoline pour mes enfants. J’ai toutefois dû revoir mes critères à la baisse et chercher des 5 1/2. »

L’infirmière déplore d’avoir essuyé des refus de la part de propriétaires qui ne voulaient pas louer à des familles. « Je me suis déjà fait carrément dire par un propriétaire qu’il ne voulait pas louer son 5 1/2 à une famille. Je n’en revenais pas! C’est de la discrimination », raconte-t-elle.

En effet, la Charte des droits et libertés de la personne interdit à un propriétaire de sélectionner un locataire en fonction de son état civil.

« Ce n’est pas évident de se faire dire non pour des raisons de la sorte. Surtout que j’ai un bon emploi et que mes enfants et moi ne sommes pas dérangeants », ajoute-t-elle, vraisemblablement découragée par la situation.

« Ce qui n’aide pas aussi, c’est la hausse spectaculaire des prix des maisons dans la région de Sorel-Tracy. Même si je voulais regarder pour acheter une propriété, les prix sont complètement démesurés. Et c’est la même chose pour les appartements. J’ai remarqué que plusieurs propriétaires ont augmenté les prix. Pour louer l’équivalent de ce que j’avais avant, je devrais débourser beaucoup plus », indique Joëlle Tardif.

Se buter à plusieurs conditions

Même constat pour Vicky Brasseur, assistante en garderie, qui cherchait activement un appartement pour elle et ses deux filles depuis le mois de janvier.

« Lorsque j’ai avisé mon propriétaire actuel de mon non-renouvellement du bail au début de l’année, j’étais loin de me douter que mes recherches allaient autant perdurer », confie la jeune femme qui a récemment trouvé un appartement après plusieurs mois de recherches.

« Dès qu’un appartement était affiché sur les annonces classées, il y avait déjà plusieurs visites prévues, relate-t-elle. Au départ, j’avais des critères bien précis, mais j’ai finalement loué ce qui passait. Sans oublier que c’était un des rares propriétaires qui avait retourné mes appels. »

En plus des difficultés à trouver un logement convenable, elle ajoute que plusieurs propriétaires lui imposaient diverses conditions. « La plupart me demandaient des enquêtes de crédit et des références, tandis que d’autres voulaient en plus des endosseurs. Pour être capable de louer mon nouvel appartement, j’ai dû préalablement rencontrer la voisine, à la demande du propriétaire, pour voir si le courant passait. On a finalement signé un bail, mais je sens qu’il a vraiment peur que je ne paie pas », relate Vicky Brasseur.

Au final, après des mois de recherches et d’inquiétudes, la jeune femme admet qu’elle aurait dû conserver son ancien logement. « Malgré toutes les difficultés que j’ai rencontrées, je me compte très chanceuse d’avoir trouvé un appartement parce que je suis consciente que ce n’est pas tout le monde qui va avoir la chance que j’ai eue », conclut-elle.

À lire aussi:

image