11 mai 2021
Les propriétaires notent une hausse des demandes pour les logements dans la région
Par: Alexandre Brouillard

Tous les logements de Concept Laliberté Inc., près des Promenades de Sorel, ont trouvé preneur avant même la fin de leur construction. Photo Vincent Guilbault | Les 2 Rives ©

Alors que certains organismes affirment sans détour qu’une crise du logement frappe la région de Sorel-Tracy, des propriétaires d’appartements parlent plutôt de la rareté de ces derniers et d’une hausse des demandes.

Publicité
Activer le son

« Je ne sais pas si c’est une crise, mais la demande est très forte pour les logements dans la région de Sorel-Tracy depuis quelques semaines déjà, lance d’emblée Anne Sheridan, de Concept Laliberté Inc. Le téléphone sonne beaucoup et tous nos logements sont loués. »

Keven Hébert, gestionnaire des Habitations Richard Hébert, voit la situation différemment. « Je ne crois pas à la crise du logement ici, mais la demande pour nos appartements est assez importante », soutient-il.

Mme Sheridan parle d’une situation hors du commun. « Même nos appartements en construction, entre autres ceux devant les Promenades de Sorel, sur le boulevard Poliquin, se louent avant même d’être construits. »

« C’est un processus qui se déroule tranquillement, ajoute M. Hébert. Cette hausse des demandes pour les logements de la région ne s’est pas faite du jour au lendemain. Les Habitations Richard Hébert possèdent environ 450 portes dans la région, des plus abordables aux plus dispendieuses, et tous trouvent preneur. »

Anne Sheridan souligne aussi que les logements plus dispendieux se font rares sur le marché. « Nous n’avons pas de logement à prix modique, mais nos logements plus dispendieux sont populaires auprès des personnes retraitées qui souvent quittent leur maison pour vivre dans plus petit. Peut-être que cette hausse des demandes s’explique par l’arrivée de nouvelles familles dans la région et par la hausse du prix des maisons », conclut-elle.

À lire aussi:

Trouver un logement, une quête de longue haleine

Pas de crise, mais une rareté de logements, clament les élus

image