18 février 2021
Protection du chevalier cuivré : aucun impact à prévoir pour le Port de Montréal à Contrecœur
Par: Jean-Philippe Morin

Alors que le gouvernement fédéral a publié un projet d’arrêté ministériel le 19 février afin de protéger le chevalier cuivré, le projet d’agrandissement du Port de Montréal à Contrecœur ne devrait pas en subir les contrecoups.

Publicité
Activer le son

La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne et le ministre d’Environnement et Changement climatique Canada ont déposé cet arrêté ministériel afin de protéger l’habitat essentiel de ce poisson unique au monde, ne vivant qu’au Québec, en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Ce projet d’arrêté est soumis à une consultation publique de 30 jours avant son adoption définitive.

Or, le projet de terminal à conteneurs de Contrecœur est prévu dans l’habitat du chevalier cuivré. Le gouvernement a toutefois assuré qu’il autorisera le projet dans sa forme actuelle puisque des mesures de compensation sont proposées. « Le décret concernant l’habitat essentiel ne devrait pas avoir de répercussions considérables sur le projet de Contrecœur dans le cadre de l’évaluation environnementale », peut-on lire dans le projet d’arrêté ministériel.

Dans une courte communication écrite envoyée par courriel, la directrice des communications de l’Administration portuaire de Montréal (APM), Mélanie Nadeau, soulignait la semaine dernière que l’APM « réitère sa volonté de respecter l’ensemble de la réglementation applicable et de déployer les meilleures mesures de compensation pour gérer les impacts de façon responsable, des mesures qui ont été développées et continuent d’être améliorées en concertation avec les autorités et experts concernés ».

Le président-directeur général de l’APM, Martin Imbleau, avait déclaré en janvier dernier que le fédéral était satisfait des mesures de compensation fournies par son organisation afin de protéger cette espèce en voie d’extinction. « L’Agence suit avec attention la situation et analyse nos mesures. Nous sommes confiants que le projet ira de l’avant », avait-il dit le 12 janvier, alors que le gouvernement du Québec annonçait une aide de 55 M$ au projet. Le gouvernement canadien avait déjà avancé 300 M$ via la Banque d’investissement du Canada en décembre 2019.

Un rapport préliminaire déposé en novembre dernier par l’AEIC s’était montré favorable au projet. Un rapport définitif pourrait être déposé dès cet hiver. Sa mise en service est toujours prévue en 2024.

Dans son ensemble, le projet du terminal de Contrecœur, qui prévoit la manutention, à terme, de 1,15 million de conteneurs, aura des retombées économiques pour le PIB, soit 470 M$ pendant sa construction et 119 M$ annuellement lors de son exploitation au maximum de sa capacité. Il prévoit la création de 5000 emplois pendant la phase de construction et 1000 pendant la phase d’exploitation. Le projet total de construction du terminal est estimé entre 750 M$ et 950 M$.

image