30 juin 2020
Des artistes de Sorel-Tracy déçus d’être exclus d’un appel de projets culturels
Par: Katy Desrosiers

Karine Bergeron et Geneviève Gamache trouvent injuste que les artistes de Sorel-Tracy soient écartés de l’appel de projet du CALQ. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a lancé un appel de projets, s’échelonnant sur trois ans, de 1,8 M$ pour l’ensemble de la Montérégie. Le hic : seuls les artistes de Sorel-Tracy ne pourront y participer en Montérégie-Est. Plusieurs d’entre eux digèrent mal la nouvelle.

Publicité
Activer le son

Grâce aux investissements du CALQ et de plusieurs partenaires, dont un montant de 5000 $ fourni par la MRC de Pierre-De Saurel, des artistes ou des organisations de la Montérégie-Est pourront réaliser des projets de création, de production ou de diffusion, favorisant des liens entre les arts et la collectivité. Chaque projet sélectionné peut aller chercher jusqu’à 20 000 $.

Cependant, comme la Ville de Sorel-Tracy s’est retirée du financement du volet culturel à la MRC de Pierre-De Saurel, la CALQ a exclu par souci d’équité les artistes de son territoire.

« […] (L)e CALQ doit respecter la résolution adoptée par le Conseil de la MRC de Pierre-De Saurel, qui précise, entre autres, que la Ville de Sorel-Tracy s’est retirée du volet culturel depuis l’adoption du budget 2020. Dans la MRC de Pierre-De Saurel, 11 des 12 municipalités de la MRC participent financièrement au volet culturel, la Ville de Sorel-Tracy s’étant retirée du dossier », a confirmé la conseillère en communication et à la promotion des arts et des lettres du CALQ, Karine Côté, par courriel.

Des artistes déboutés

L’artiste en métier d’art et propriétaire d’Éklat Vitrail, Geneviève Gamache, ainsi que l’artiste-peintre et membre du comité régional culturel de la MRC de Pierre-De Saurel, Karine Bergeron, étaient sous le choc lorsqu’elles ont appris la nouvelle, même si elles comprennent la décision du CALQ.

« Déposer un projet, c’est des semaines d’écriture, de réflexion, de mise en doute, de relecture. L’an dernier, je n’ai pas eu la chance d’obtenir une bourse, mais je suis très contente pour Holly [Ratcliffe, de Saint-Roch-de-Richelieu, qui a obtenu une bourse]. J’ai écrit au CALQ et ils m’ont expliqué ce que je pourrais améliorer. Pendant le reste de l’année, j’ai mijoté mon nouveau projet. C’est important pour moi, les bourses du CALQ, ça peut me permettre d’aller dans les lieux d’exposition reconnus. […] Parce que j’habite à Sorel, je ne pourrai pas y accéder. À quel point c’est frustrant ! Je prends le beau projet que j’ai dans la tête, que je mijote depuis deux ans, je le remets dans le tiroir et je regarde le train passer », déplore Geneviève Gamache.

Cette bourse est particulière puisqu’elle s’adresse autant aux artistes reconnus professionnellement que ceux moins établis. Elle favorise l’accessibilité aux artistes en région, qui peuvent être désavantagés face aux artistes de Montréal qui ont accès à plus d’infrastructures artistiques et d’opportunités de développement de carrière.

L’an dernier, 21 projets ont été soumis en Montérégie-Est, dont six qui provenaient de la MRC de Pierre-De Saurel. Deux ont été déposés par des organismes et quatre par des artistes. Comme l’appel de projets s’était fait à la dernière minute en 2019, seulement une vingtaine d’artistes et organismes avaient assisté aux rencontres d’information. Cette année, particulièrement avec la situation entourant la COVID-19, davantage d’artistes et d’organismes étaient pressentis pour participer.

Karine Bergeron précise que les artistes reconnaissent que la Ville leur offre certains services, entre autres avec la politique d’acquisition d’œuvres d’art. Cependant, le retrait du financement culturel aura eu comme conséquence de priver les artistes de Sorel-Tracy de l’accès à une bourse importante.

« Ce qu’il faut comprendre, c’est que si on soustrait tous les artistes de Sorel-Tracy, ça fait en sorte qu’il va y avoir beaucoup moins d’artistes de notre MRC et donc beaucoup moins de chance que l’argent investi par notre MRC nous revienne », remarque aussi Mme Bergeron.

Même si les deux artistes sont fières d’être revenues habiter à Sorel-Tracy il y a plusieurs années, elles reconnaissent qu’aujourd’hui, avec cette nouvelle, leur emplacement constitue un désavantage.

Bien qu’elles ne savent pas si la décision pourrait être revue pour les prochaines années si Sorel-Tracy participe à nouveau au financement de la culture à la MRC, les deux femmes aimeraient que des discussions se tiennent.

« Quand ils [le maire et les conseillers municipaux] ont pris cette décision, ils ne voyaient peut-être pas les conséquences réelles dans nos vies. Peut-être qu’ils ont juste pensé au service citoyen, mais encore là, je pense que les services citoyens ont été touchés aussi. Ils n’ont peut-être pas vu à quel point les incidences seraient majeures et pour l’image de Sorel aussi », mentionne Mme Gamache.

La présidente du comité culturel régional de la MRC de Pierre-De Saurel et mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, se dit désolée pour les artistes de Sorel-Tracy. Elle précise que la situation s’est déjà vue pour une autre ville et que le CALQ n’avait pas le choix d’appliquer la règle. Selon elle, les répercussions de cette décision sont maintenant mises en lumière, ce qui n’est pas nécessairement bien vu par plusieurs.

« On vit avec les décisions que la ville-centre a prises, mais [elle] doit vivre avec les conséquences de ses décisions », conclut Mme De Tonnancourt.

Patrie innovante

En parallèle, la MRC de Pierre-De Saurel a lancé le projet Patrie innovante afin de stimuler l’innovation et favoriser l’émergence de projets artistiques et culturels sur le territoire des 11 municipalités de la MRC qui participent à la mise en œuvre de la politique culturelle régionale.

Les artistes de Sorel-Tracy, comme ceux des autres municipalités de la MRC, sont invités à présenter un projet. Cependant, celui-ci devra se réaliser sur le territoire d’une ou plusieurs municipalités de la MRC, sauf Sorel-Tracy.

Le premier appel de projets est en cours et un second se déroulera en septembre. Pour chacun, la période de mise en candidature s’échelonne sur huit semaines. L’initiative encourage les projets d’une durée maximale de trois mois, dans les sphères de la création, la production, la diffusion ou la médiation.

Un total de dix projets, dont certains provenant d’artistes de la relève, seront sélectionnés et une bourse de 1500 $, ainsi qu’un accompagnement professionnel de 20 heures si nécessaire, seront offerts.

Le formulaire d’inscription et plus d’informations sont disponibles sur le site Internet de la MRC de Pierre-De Saurel dans la section Patrie innovante.

 

À lire aussi :

Serge Péloquin accuse la MRC d’intimider les artistes de Sorel-Tracy

Des artistes de Sorel-Tracy déplorent les impacts négatifs

image