16 janvier 2018
Un bon pas en avant, croit le promoteur Luc Poirier
Par: Julie Lambert

L'entrepreneur Luc Poirier (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

Le promoteur du projet de pont, Luc Poirier, se réjouit de la décision du ministère des Transports (MTQ) de créer un comité pour discuter d’un lien reliant les deux rives du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Sorel-Tracy.

Il avait lui-même fait cette suggestion lors de sa rencontre avec des représentants du MTQ au printemps dernier, souligne-t-il. « Il y a longtemps que je propose cela, j’en avais parlé autant aux maires qu’à la MRC. Ils nous faut l’approbation du gouvernement provincial. Il faut réussir à avoir un oui. C’est pourquoi j’ai demandé à tout le monde de faire des pressions et de se mobiliser ainsi que de créer un comité », explique-t-il.

Actuellement, le ministre Luc Fortin souhaite avoir plus d’informations en main concernant ce dossier. Le projet a été présenté au printemps à des représentants du gouvernement, mais aucune demande officielle n’a été déposée par M. Poirier.

« Les libéraux m’ont clairement dit qu’ils n’étaient pas intéressés. Lors de ma rencontre avec le cabinet du ministre, on me demandait de faire plus d’études et de déposer des documents officiels. Cela m’aurait coûté des milliers de dollars alors que j’en ai déjà investi beaucoup. Cela ne me donnait rien puisque le gouvernement pourrait changer dans quelques mois. »

Il mise donc sur le comité et aussi les pressions de la municipalité afin de convaincre le gouvernement de l’éventualité d’un partenariat public-privé (PPP). Il pense qu’un tel projet pourrait se faire dans la même veine que l’a été le projet de pont de l’autoroute 25. Ce projet a été réalisé par consortium.

Le promoteur aimerait faire partie de l’aventure et croit être le seul en mesure de s’intéresser à ce projet puisqu’il ne serait pas rentable à court terme. M. Poirier pense également qu’en raison du comité et des élections dans quelques mois, le gouvernement n’aura pas le choix de bouger. Il pense sans l’ombre d’un doute que c’est la meilleure façon pour Québec d’économiser de l’argent au cours des prochaines années.

« J’ai l’intérêt parce que je veux aider la population. Le gouvernement pourrait nous donner les 20 M$ du traversier comme il le fait pour le pont de l’autoroute 25. Il faut que la région arrête de rêver, si on ne nous donne pas le 20 M$ parce qu’on dit que cela n’a pas d’allure, il n’y aura jamais de pont. Que ce soit avec moi, un autre promoteur ou le gouvernement qui le finance à 100%, cela va tout de même aider la région » conclut-il.

À lire aussi:

image