23 janvier 2017
Près d’une personne sur quatre consomme une boisson sucrée par jour
Par: Sarah-Eve Charland
La nutritionniste Marie Ouellet suggère d’augmenter la consommation de fruits en 2017. | depositphotos.com

La nutritionniste Marie Ouellet suggère d’augmenter la consommation de fruits en 2017. | depositphotos.com

Près de 24% des résidents de la MRC Pierre-De Saurel boivent au moins une fois par jour une boisson sucrée. La statistique atteint 35% pour les jeunes de 12 à 17 ans.

C’est ce que révèle l’enquête santé réalisée par l’Institut de la statistique du Québec.

« C’est beaucoup. Ce sont des calories liquides. Ça ne rassasie pas. On devrait boire des boissons sucrées de façon occasionnelle. On conseille de boire de l’eau ou du lait, finalement boire du jus en troisième. Pour ce qui est d’un vrai bon jus, on conseille de boire environ 125 ml par jour », explique la nutritionniste Marie Ouellet qui travaille au CLSC Gaston-Bélanger.

Les boissons sucrées englobent les boissons gazeuses, les boissons énergisantes et les punchs à saveur de fruits.

Elle se montre également peu surprise de la statistique sur l’utilisation de diète pour maigrir. Dans la MRC de Pierre-De Saurel, 15,9% des citoyens ont recours à une diète pour maigrir. Aussi, 24,1% des résidents prennent des actions pour perdre du poids.

« On vit dans une société d’images. Près de 53% des filles au Québec éprouvent de la culpabilité en mangeant. Perdre du poids peut être sain, mais pas les régimes. Les régimes fonctionnent à court terme, mais il est pratiquement impossible de maintenir son poids dans le temps », explique Mme Ouellet.

Elle conseille de faire une évaluation personnelle. « Il faut voir quelles sont les habitudes qu’on peut garder toute une vie. Il faut aussi penser à l’activité physique et les habitudes alimentaires. L’un ne va pas sans l’autre. »

Elle suggère des résolutions à prendre

Même si réduire la consommation de boissons sucrées et augmenter la consommation de légumes demeurent dans les grandes orientations de la santé publique, la nutritionniste croit avant tout qu’il faut changer les perceptions avec la nourriture de façon positive.

« Premièrement, il n’y a aucun aliment interdit! Il faut se donner des résolutions positives et réalistes. Le premier réflexe est souvent de couper des aliments alors qu’on devrait plutôt penser à intégrer des aliments sains dans notre alimentation », souligne Mme Ouellet qui travaille au CLSC Gaston-Bélanger.

Parmi les résolutions à prendre en 2017, la nutritionniste conseille, entre autres, de réduire la consommation de viandes, boire plus d’eau et augmenter la consommation de fruits et légumes.

Plusieurs ressources sont offertes dans la région pour permettre aux personnes de s’éduquer sur la nutrition, dont les Ateliers Je suis capable donnés à l’emplacement de l’ancienne gare ou les cours Ma santé à cœur au CLSC Gaston-Bélanger.

Série de reportages sur les résolutions

Cette semaine, dans le cadre d’un troisième reportage sur quatre portant sur les résolutions, la nutritionniste Marie Ouellet présente quelques trucs pour améliorer l’alimentation des Sorelois.

« Prévenir au lieu de guérir », selon la dentiste Émilie St-Pierre (10 janvier)

« La cigarette entraîne une plus forte dépendance que la cocaïne »(17 janvier)

La nutrition (24 janvier)

Les Sorelois sont plus anxieux au travail qu’ailleurs (31 janvier)

image