11 octobre 2018
Le cannabis autorisé dans les rues de la MRC de Pierre-De Saurel le 17 octobre
Par: Jean-Philippe Morin

Les municipalités de la MRC de Pierre-De Saurel ont décidé de ne pas adopter la ligne dure à propos de la consommation de cannabis dès le 17 octobre. (Photo : banque d'images)

Contrairement à la Ville de Contrecœur qui a adopté un règlement plus restrictif empêchant les citoyens de fumer du cannabis dans tous ses lieux publics dès le 17 octobre, les municipalités de la MRC de Pierre-De Saurel suivront la réglementation provinciale à ce sujet et interdiront la consommation de cannabis là où il est actuellement interdit de fumer du tabac.

Publicité
Activer le son

La Ville de Sorel-Tracy avait fait connaître sa position en séance du conseil le 9 octobre. Lors de la rencontre du conseil de la MRC de Pierre-De Saurel le 10 octobre, 11 des 12 maires ont affirmé qu’ils suivront aussi la réglementation provinciale. Seul le maire de Saint-David, Michel Blanchard, était absent à cette rencontre.

Il sera donc permis de fumer du cannabis dans les rues à Sorel-Tracy, Saint-Joseph-de-Sorel, Sainte-Anne-de-Sorel, Sainte-Victoire-de-Sorel, Saint-Ours, Saint-Gérard-Majella, Yamaska, Saint-Robert, Massueville, Saint-Aimé et Saint-Roch-de-Richelieu. Aucune résolution n’a été adoptée à Saint-David, ce qui laisse présager qu’elle suivra aussi la réglementation provinciale. Ce sera à la Sûreté du Québec de faire appliquer le règlement.

« On est unanime », a lancé le préfet de la MRC, Gilles Salvas, en réponse à la question du journal Les 2 Rives à ce sujet, lors de la séance ordinaire du 10 octobre.

« On en a discuté avant la rencontre. Les municipalités sur l’ensemble du territoire de la MRC de Pierre-De Saurel vont faire respecter la réglementation provinciale. Certaines municipalités ont déjà adopté des résolutions en ce sens, comme Saint-Ours. D’autres n’adopteront rien. »

C’est le cas de la ville-centre, Sorel-Tracy, qui n’a pas fait adopter de résolution le 9 octobre. Le maire Serge Péloquin a plutôt utilisé son temps de parole en fin de séance pour s’adresser aux citoyens. Dans un communiqué, la Ville a réitéré sa position.

Il sera donc interdit de fumer du cannabis, comme c’est le cas pour le tabac, sur les terrains des établissements de santé, les terrains d’établissements scolaires, les pistes cyclables, les aires d’attente de transport en commun, etc. Mais la consommation ne sera pas interdite dans tous les lieux publics comme c’est le cas dans d’autres municipalités du Québec comme Granby, Québec, Varennes et Contrecœur, qui ont adopté la ligne dure.

« On ne veut pas rendre illégal ce qui va devenir légal, a réagi le maire Serge Péloquin, en entrevue. Le fédéral va de l’avant, la réglementation provinciale se fait, et on ne veut pas se battre contre ça. La Direction de la Santé publique de la Montérégie a écrit un rapport déconseillant l’interdiction du cannabis dans les lieux publics. Le but est de rendre ça plus simple à gérer. »

Selon M. Péloquin, l’unanimité des maires de la MRC parle d’elle même. « Si on applique un règlement aussi sévère et qu’on n’est pas capables de l’appliquer, on n’est pas plus avancés. Toutefois, on se montre ouverts à corriger le tir en cours d’évaluation. S’il faut changer quelque chose, on va le faire », souligne le maire de Sorel-Tracy.

Réglementation sévère de la CAQ

La Coalition Avenir Québec (CAQ) a promis de hausser l’âge légal pour fumer du cannabis à 21 ans et non 18, ce qu’elle fera dans les prochaines semaines. Dans son règlement, le nouveau gouvernement a aussi promis d’interdire la consommation dans tous les lieux publics. La loi ne sera toutefois pas modifiée avant la légalisation prévue le 17 octobre.

« Si la réglementation provinciale l’interdit dans les lieux publics, on va suivre. La Ville ne veut pas se battre contre le provincial », conclut Serge Péloquin.

image