18 janvier 2017
« La cigarette entraîne une plus forte dépendance que la cocaïne »
Par: Deux Rives
Consulter un centre d’abandon du tabac double les chances d’arrêter de fumer, selon Martine Angers. | depositphotos.com

Consulter un centre d’abandon du tabac double les chances d’arrêter de fumer, selon Martine Angers. | depositphotos.com

Même si la statistique du nombre de fumeurs est passée de 26% à 18% en cinq ans dans la MRC de Pierre-De Saurel, le combat est loin d’être terminé, selon l’infirmière au centre d’abandon du tabagisme, Martine Angers.

« C’est tellement difficile d’arrêter de fumer. La cigarette entraîne une plus forte dépendance que la cocaïne. De nos jours, les compagnies ajoutent plus d’ammoniac dans les cigarettes, ce qui augmente encore plus la dépendance », explique l’infirmière.

Elle rappelle que plusieurs services de soutien sont offerts au CLSC Gaston-Bélanger selon les besoins de chaque individu. La ligne J’arrête est aussi disponible. « Il y a même des applications! », observe-t-elle.

« Consulter double les chances d’arrêter. Il faut établir un plan d’action et se doter d’outils », explique-t-elle.

Moins de fumeurs

« Il y a effectivement moins de fumeurs adultes. Il y a de plus en plus de personnes âgées entre 30 et 50 ans qui communiquent avec le centre d’abandon du tabagisme. Mais il y a de plus en plus de jeunes qui s’initient à la cigarette », remarque Mme Angers.

Selon l’enquête santé publiée par l’Institut de la statistique du Québec, la MRC Pierre-De Saurel se retrouve en milieu de peloton en Montérégie. Les MRC du Haut-Richelieu-Rouville (22%), du Suroît (20%) et de Jardins-Roussillon (21,4%) enregistrent des taux plus élevés. La moyenne québécoise se situe à 19,4%.

Le gouvernement du Québec a ajouté une soixantaine de nouvelles dispositions dans la Loi concernant la lutte contre le tabagisme depuis 2005. « La loi a vraiment contribué à diminuer le nombre de fumeurs. Chaque fois qu’il y a de nouvelles dispositions, des personnes arrêtent de fumer. C’est vraiment intéressant de voir ça », commente Mme Angers.

Maintenant, il est temps de concentrer les efforts sur la prévention chez les jeunes, croit-elle. « Les jeunes sont attirés vers les choses interdites. C’est important de travailler auprès d’eux en augmentant la prévention », conclut-elle.

La semaine Un Québec sans tabac se déroule en ce moment, du 15 au 21 janvier.

Série de reportages sur les résolutions

En cette semaine d’Un Québec sans tabac, dans le cadre d’un deuxième reportage d’une série de quatre portant sur les résolutions, l’infirmière du centre d’abandon du tabac, Martine Angers, présente quelques trucs pour arrêter de fumer.

« Prévenir au lieu de guérir », selon la dentiste Émilie St-Pierre (10 janvier)

La cigarette (17 janvier)

Près d’une personne sur quatre consomme une boisson sucrée par jour (24 janvier)

Les Sorelois sont plus anxieux au travail qu’ailleurs (31 janvier)

image