17 juin 2020
L’automobiliste qui est tombé dans le trou du boulevard Fiset témoigne
« Je ne souhaite ça à personne! » – Souhel Bannout
Par: Jean-Philippe Morin

Souhel Bannout a pu sortir juste à temps de son véhicule, avant qu’il ne s’engouffre dans l’eau, grâce à la présence d’un bon samaritain. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

N’eût été d’un bon samaritain qui passait par là, Souhel Bannout ne serait pas en vie aujourd’hui.

Publicité
Activer le son

À lire aussi :
Des vibrations d’un rouleau compresseur auraient provoqué le bris d’un joint de conduite

Lorsqu’il roulait le boulevard Fiset, à la brunante vers 5 h du matin, le 6 juin dernier, l’homme de 50 ans a eu la peur de sa vie alors que sa voiture s’est engouffrée dans un immense trou rempli d’eau, résultat d’un bris d’aqueduc majeur.

Sa fenêtre de portière côté conducteur étant légèrement baissée, l’eau s’accumulait à grande vitesse dans la voiture qui s’enfonçait. C’est alors qu’un passant a couru à son secours et l’a aidé à ouvrir la portière du côté passager. Il lui a ensuite tendu la main pour le sortir du véhicule, qui a sombré quelques minutes plus tard dans l’eau.

« Une fois dans l’eau, le moteur de l’auto a coupé. Je n’étais pas capable de baisser mes fenêtres, ni d’ouvrir les portes en raison de la pression de l’eau. Je poussais, mais rien ne se passait. C’est alors que j’ai eu de l’aide d’un homme qui a tiré la portière pendant que je poussais et on a réussi à l’ouvrir. Sans lui, je serais mort à l’heure actuelle. J’ai pris le gars dans mes bras et je l’ai tellement remercié », raconte-t-il, la voix nouée d’émotion.

Un peu plus d’une semaine plus tard, M. Bannout est encore très ébranlé par les événements. « Physiquement, ça va, mais psychologiquement, c’est encore fragile. Je travaille un peu, mais de façon légère. J’ai le support de mes proches et de mon employeur, je suis content de ça », explique-t-il.

Incompréhensible

M. Bannout travaille pour la compagnie Agence Sécurité Accès, basée à Lévis. Résident de Montréal, il s’occupe entre autres de la sécurité sur le traversier entre Sorel-Tracy et Saint-Ignace-de-Loyola.

« Sur mon GPS, ça me disait de passer sur Fiset. Il n’y avait pas de pancarte, rien. Seulement une flaque d’eau au sol. Le trou était complètement invisible, rempli d’eau. S’il y avait eu un cône ou quelque chose, c’est clair que je n’aurais pas passé là. Même l’agent de police, après les événements, m’a dit qu’il serait tombé dedans lui aussi », indique-t-il.

Souhel Bannout s’est d’ailleurs dit furieux contre la Ville de Sorel-Tracy. Questionné à savoir s’il comptait entreprendre des procédures judiciaires, il s’est contenté de dire que le tout « était dans les mains de ses assurances ».

« Mon auto est une perte totale, mais j’aurais pu y passer. C’est complètement la faute de la Ville. Si c’est la faute d’un sous-traitant, c’est tout de même la Ville qui l’a engagé! […] C’est frustrant, je ne souhaite ça à personne », conclut-il.

image