17 juin 2020
Des vibrations d’un rouleau compresseur auraient provoqué le bris d’un joint de conduite
Par: Jean-Philippe Morin

Le trou béant sur le boulevard Fiset a été causé par le bris d’un joint de conduite d’aqueduc résultant des vibrations d’un rouleau-compresseur d’asphalte, selon les premières observations. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le trou béant qui s’est formé au centre-ville de Sorel-Tracy le 6 juin dernier et dans lequel un automobiliste s’est malencontreusement retrouvé aurait été créé par des vibrations d’un rouleau-compresseur, ce qui aurait fait céder le joint entre le conduit principal de la Ville de Sorel-Tracy et celui du Centre d’hébergement Élisabeth-Lafrance.

Publicité
Activer le son

À lire aussi :
« Je ne souhaite ça à personne! » – l’automobiliste qui est tombé dans le trou témoigne

C’est du moins l’hypothèse principale retenue par le directeur du Service de la planification et du développement urbain de la Ville, Charles Guertin.

« Ce qui a brisé, ce n’est pas la conduite principale de la Ville, mais bien le branchement de service du CHSLD. Notre conduite d’aqueduc date de 1988, ce qui est particulièrement récent pour une infrastructure du genre. On a des conduites qui datent des années 1950 », explique M. Guertin.

Des travaux d’asphalte étaient effectués la veille de l’incident, au-dessus du bris majeur. La vibration causée par le rouleau-compresseur aurait donc fragilisé le joint, d’où le bris. Et puisque la fondation était faite récemment, l’eau a pu rapidement miner l’asphalte pour créer le trou.

Selon le directeur du Service, la signalisation à cet endroit n’était plus nécessaire. « Si le joint a cédé en raison des vibrations, il y avait certainement un problème, reconnaît M. Guertin. Mais il aurait pu céder à un autre moment. Tout cela reste une hypothèse, l’enquête continue. »

Des travaux à refaire

En raison de cet incident, les travaux d’asphaltage qui étaient effectués à cet endroit seront à refaire en grande partie. « D’après moi, il faudra refaire l’asphalte jusqu’en bas de la rue Augusta où l’eau a coulé et où l’asphalte a été soulevé », souligne le directeur.

Même si le joint reliait les réseaux de la Ville et du CHSLD, ce sera probablement à la Ville de payer la facture puisque le réseau d’aqueduc est sous sa responsabilité.

Quelques heures après le bris, il était déjà possible de circuler sur le boulevard Fiset. « Il n’y a pas de danger. L’asphalte ondule un peu, mais le trou a été rempli en pierre et ce n’est pas dangereux », conclut Charles Guertin.

image