30 octobre 2019
Des travaux à un ponceau dureront de cinq à six semaines
Des commerçants craignent une perte d’achalandage
Par: Katy Desrosiers

Le pharmacien Sixian Lin doit adapter les services qu'il offre pendant les travaux. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

En raison de la fermeture depuis le 18 octobre du chemin des Patriotes à la hauteur de Saint-Ours pour une durée de cinq semaines, certains commerçants subissent déjà des pertes d’achalandage, d’autres les craignent. Cependant, ils s’entendent pour dire que l’ajout d’affichage et le détour plus court, installés le 22 octobre, aident à améliorer la situation.

Publicité
Activer le son

Au Familiprix Sixian Lin, aucune baisse de clientèle ne se fait sentir pour l’instant, mais la situation a causé de la confusion. « Au début, les clients se demandaient s’ils pouvaient venir où s’ils devaient aller à une autre pharmacie », explique le pharmacien Sixian Lin. Il note que si la fermeture de la route avait eu lieu pendant la saison du camping, la situation aurait été tout autre.

Le détour en place complique la tâche pour les livraisons de médicaments, mais l’impact le plus grand est au niveau du service de prise de sang, offert le matin. Les plages horaires ont été réduites pour s’assurer de faire les prises de sang et de les apporter dans les temps requis à l’hôpital.

Chez Écluse No10, le copropriétaire Sébastien Duranleau, n’a pas remarqué de baisse de clientèle, mais croit qu’il est encore tôt pour évaluer. « On a eu un beau week-end, mais oui, je serais porté à dire que ça va avoir un impact. Si ça vient à l’oreille, par exemple, des gens de Belœil qui font de la moto, ils vont peut-être être portés à prendre un autre chemin », souligne M. Duranleau.

Sa conjointe et lui, qui connaissent bien le secteur, remettent en question la façon initiale d’indiquer le détour. « On vient du coin et on ne savait plus où se garocher, je n’imagine pas les gens qui ne viennent pas trop souvent », ajoute-t-il.

C’est la situation inverse au restaurant l’Ours Qui Bouffe. « Nous, c’est énorme. On est direct dedans. C’est désert, le chemin des Patriotes. On est obligé de couper des heures. […] La clientèle locale doit faire le détour, mais le midi, ils n’ont pas le temps », mentionne la propriétaire, Gaétane Deslippes.

Le copropriétaire de l’Épicerie Arpin et Fils Inc, Stéphane Lanteigne, souligne que la situation s’est améliorée avec la nouvelle signalisation. « L’affectation pour le commerce est moindre pour le moment, mais ça commence. Peut-être que dans trois semaines, ce sera différent. […] N’importe quels travaux, ça vient toujours impacter l’habitude des consommateurs du matin. Un client qui est dans le bout des travaux (de l’autre côté de la zone fermée) et qui avait l’habitude de venir chez nous, une fois rendu à Sainte-Victoire-de-Sorel, il a déjà la moitié du chemin de fait (vers Sorel-Tracy), il va continuer. Cette partie de clientèle, même s’ils nous aiment bien, ils ne vont pas faire le détour pour venir nous voir », explique M. Lanteigne. Des plans sont disponibles au commerce afin d’expliquer les chemins alternatifs aux clients.

Plusieurs automobilistes rebroussent chemin

Le résident Henri Tousignant demeure à 300 mètres du ponceau. « La signalisation, c’est un scandale. On dirait que ces gens-là viennent d’une autre planète et qu’ils se foutent des gens aux alentours et ce que ça représente comme inconvénients. […] Présentement, les gens commencent à comprendre que c’est impossible de passer, mais j’en vois encore passer devant chez moi », lance M. Tousignant.

Il donne l’exemple d’une dame âgée qui était complètement perdue, les larmes aux yeux, après avoir emprunté plusieurs rangs et qui s’est quand même retrouvée au pont barré.

 

À lire aussi : Le maire craint de devenir un village fantôme

image