14 juillet 2020
« À Sorel-Tracy, nos différends, on les règle loin des caméras » – Martin Lajeunesse
Par: Jean-Philippe Morin

Le conseiller municipal de Sorel-Tracy, Martin Lajeunesse, s’est adressé au préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, lors d’une allocution à la séance du conseil de ville du 6 juillet. Photo capture d’écran

Martin Lajeunesse y est allé d’une sortie publique lors de son droit de parole à l’occasion de la séance du conseil de Sorel-Tracy, le 6 juillet. Le conseiller municipal du quartier Saint-Laurent a dénoncé la façon de faire de la MRC de Pierre-De Saurel dans ce qu’il appelle du « lavage de linge sale en public ».

Publicité
Activer le son

« Je trouve vraiment dommage toutes les sorties publiques qui ont été faites ces dernières semaines », a-t-il dit d’entrée de jeu. Il faisait notamment référence au conflit qui perdure entre la Ville de Sorel-Tracy et la MRC sur plusieurs dossiers, dont l’exclusion d’artistes sorelois à un appel de projets du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) en raison de la non-participation de la ville-centre à l’entente culturelle de la MRC.

« J’ai remarqué que depuis certaines années, le conseil de ville de Sorel-Tracy a cessé cette façon de faire, celle de laver son linge sale en public. Ce qui était, à mon avis, contre-productif. Cette nouvelle façon de faire, je vous l’assure, est très appréciée de nos citoyens. Nos différends, on les règle loin des caméras », a-t-il poursuivi.

M. Lajeunesse a ensuite directement interpellé le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel et maire de Saint-Robert, Gilles Salvas. « Bien sûr, au sein d’une MRC, il y a plusieurs visions différentes, d’où l’importance du préfet, qui saura rallier tout le monde. Alors je vous demande, M. le préfet, de jouer votre rôle de leader et de sonner la fin de la récréation. Chacun doit mettre de l’eau dans son vin », a-t-il mentionné.

Des efforts sont faits pour se rapprocher de la MRC, plaide le conseiller

Martin Lajeunesse a poursuivi son allocution en énumérant quelques gestes posés par la ville-centre pour se rapprocher de la MRC.

Par exemple, Sorel-Tracy a adopté une politique d’achat local pour les fournisseurs locaux, ce qui contribue à réinjecter 8 M$ dans l’économie régionale. Or, il a été décidé qu’elle allait inclure des fournisseurs de la MRC de Pierre-De Saurel au complet et non seulement Sorel-Tracy.

Le conseiller municipal a aussi parlé de l’implication de Sorel-Tracy dans l’étude concernant le tunnel pour que la piste cyclable La Sauvagine traverse la route 132 à Saint-Robert. Un projet de 2 M$ qui, après les subventions, pourrait coûter plus de 400 000 $ à la Ville de Sorel-Tracy.

Sorel-Tracy compte plusieurs projets régionaux, plaide-t-il, dont le complexe aquatique de 30 M$ à venir ainsi que le terrain synthétique à l’École Bernard-Gariépy. « Ce sont deux projets dont tous les citoyens de la MRC vont bénéficier. Appuyez, s’il vous plait, ces projets de financement. C’est ça aussi penser pour la région », a-t-il mentionné en s’adressant à la MRC, en spécifiant que l’appui devrait être financier et non seulement moral.

Le conseiller a aussi parlé de l’invitation du nouveau directeur général de la Ville, Me Karl Sacha Langlois, à rencontrer ses homologues des 11 autres municipalités pour apprendre à les connaître et travailler sur des dossiers régionaux. Le maire Serge Péloquin a renchéri en condamnant la fermeture des autres municipalités à accepter cette rencontre.

« M. Langlois a envoyé un courriel à l’ensemble des 11 municipalités dans le but de faire une rencontre de diplomatie et de parler de projets. Tous, à l’exception de deux, ont refusé cette rencontre. Ça ne donne pas envie au party! Je remercie Saint-Roch-de-Richelieu et Saint-Ours de nous avoir reçus. Tous les autres ont refusé la rencontre avec le directeur général de la ville-centre. […] Nous, on a tendu la main », a dénoncé M. Péloquin.

Selon des lettres obtenues par CJSO de la Municipalité de Massueville, on apprend plutôt que la rencontre était initiée par le maire Serge Péloquin, qui voulait être accompagné de son directeur général et de son commissaire industriel pour discuter de collaborations futures. Le maire de Massueville, Denis Marion, dit avoir reçu l’invitation avec satisfaction, mais il a invité M. Péloquin à mettre à contribution l’ensemble des membres du Conseil de la MRC puisque le développement régional relève de la MRC.

image