15 mai 2018
Yamaska sera aidée pour ses interventions lors de la formation de l’embâcle
Par: Sarah-Eve Charland

L'embâcle s'était formé en janvier 2018. (Photo : Pascal Cournoyer)

La municipalité de Yamaska recevra une aide financière du gouvernement du Québec pour couvrir les dépenses engendrées par la formation d’un embâcle de 6 km en janvier 2018 qui avait isolé de nombreuses résidences pendant plusieurs jours.

Les dépenses touchaient le salaire des employés, l’utilisation de machinerie, la réparation de la route et les dommages aux biens. Le total des dépenses s’élève à 28 822$. De ce montant, la municipalité paiera 13 175$. Le reste de la facture sera assumée par le gouvernement. La municipalité a déjà reçu la majorité des sous.

« Chaque fois qu’il y a un sinistre où on doit faire appel à la Sécurité civile, on dépose une demande auprès du gouvernement. On a droit à subvention lorsque les dépenses coûtent plus cher que 3$ par citoyen », explique la mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt.

La municipalité n’avait pas fait de demande financière pour les inondations printanières 2017 puisque les dépenses n’étaient pas assez élevées.

Le rang de l’Île-du-Domaine réparé en urgence

La municipalité devrait recevoir l’autorisation d’effectuer les travaux d’urgence sur le rang de l’Île-du-Domaine cette semaine. Les travaux devraient être réalisés au cours de la semaine. Un glissement de terrain avait emporté une cinquantaine de mètres du rang en avril. La route est actuellement accessible, mais à une seule voie.

Le ministère de l’Environnement n’autorise habituellement pas les travaux sur les berges de la rivière durant le printemps et l’été pour ne pas nuire au développement de la faune.

« C’est exceptionnel. Ces travaux seront temporaires afin de permettre aux agriculteurs de poursuivre leurs activités économiques, ce qui n’était pas possible dans l’état actuel de la route. Par la suite, on entamera les démarches pour faire les travaux permanents », mentionne Mme De Tonnancourt.

Les coûts ne sont pas encore connus. La municipalité devra faire appel à des entreprises spécialisées qui utilisent des machineries fonctionnant à l’huile végétale.

Du côté de la Pointe-du-Nord-Est, la mairesse attend toujours le certificat d’autorisation pour effectuer les travaux pour stabiliser le chemin. Les travaux consistent à stabiliser la berge sur une parcelle de 120 mètres. Depuis deux ans, la circulation se fait à une seule voie puisqu’une partie du chemin s’était effondrée.

image