6 août 2019
Yamaska insiste sur le repavage du pont Camille-Parenteau
Par: Deux Rives
Le pont Camille-Parenteau doit être repavé au complet, clament les élus de Yamaska.
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le pont Camille-Parenteau doit être repavé au complet, clament les élus de Yamaska. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Un texte de Sébastien Lacroix 

Le conseil municipal de Yamaska fait valoir qu’il est grand temps que le ministère des Transports du Québec (MTQ) enlève l’asphalte et en pose une nouvelle couche sur la chaussée du pont Camille-Parenteau. Un dossier qui doit être traité en priorité, clament les élus.

Ceux-ci plaident qu’il en va de la sécurité des usagers de la route. En raison d’un débit de circulation important, soulignent-ils, les travaux de rapiéçage ne suffisent plus sur cette chaussée pavée il y a près de 10 ans.

Selon les données les plus récentes de l’Atlas des transports du MTQ, entre 6000 et 8000 véhicules par jour circulent sur le pont Camille-Parenteau qui enjambe la rivière Yamaska près de l’île aux Sables, entre Yamaska-Est et Yamaska-Ouest, sur la route 132.

« Ça n’a pas de bon sens, soulève la mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt. Ils viennent remplir les nids-de-poule, mais l’asphalte ne tient pas. Ce n’est pas long qu’on voit le vieil asphalte en dessous. On ne peut pas dire qu’ils ne viennent pas. Ils viennent rapidement quand nos inspecteurs les appellent, mais c’est seulement pour remédier à la situation. Avant ça, c’était plus long. Il y a eu une amélioration de ce côté, mais là, on veut qu’ils mettent un diachylon pour guérir en profondeur. »

La Municipalité de Yamaska a pu sensibiliser le député de Richelieu à l’Assemblée nationale, Jean-Bernard Émond, lors d’une rencontre pour discuter de différents sujets. « Il nous a donné son appui », assure la mairesse de Yamaska, qui ajoute que l’asphalte de la courbe qui est très prononcée tout juste après le pont, du côté Est, serait aussi dû pour être refait.

L’attaché politique du ministre a aussi répondu à la missive de la Municipalité de Yamaska, assurant que le dossier progresse. « Il nous a dit que ce devrait être présenté au directeur général à l’automne pour que le dossier soit planifié et présenté pour approbation afin d’avoir un décret et être inclus dans la programmation du ministère. On devine donc que ça irait possiblement à 2020 », indique Diane De Tonnancourt.

Sous surveillance

Comme ç’a été le cas au cours des derniers jours, alors que la circulation se faisait en alternance, des inspections sont faites chaque année sur le pont. L’infrastructure a été construite en 1935, avant d’être rénovée en 1985, à la demande des deux municipalités.

L’ouvrage avait alors été rebaptisé Camille-Parenteau en l’honneur d’un agriculteur dévoué pour le mieux-être de la région, peut-on apprendre sur le site de « La Mémoire du Québec ».

En 2009, un chantier évalué entre 1 et 5 millions avait été nécessaire afin de préserver la qualité de ce lien routier de 309 mètres. Celui-ci incluait notamment le remplacement et le renforcement d’éléments de la charpente métallique.

image