9 avril 2019
Xavier Barsalou-Duval se porte à la défense d’ArcelorMittal à Contrecœur
Par: Jean-Philippe Morin

Le député Xavier Barsalou-Duval a récemment rencontré des travailleurs d'ArcelorMittal à Contrecœur, dont le président du Syndicat de la section locale des Métallos, Steve Galibois. Photo gracieuseté

Le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes— Verchères, Xavier Barsalou-Duval, demande au ministre des Finances Bill Morneau de prolonger les mesures de sauvegarde en place pour l’industrie de l’acier, malgré l’avis rendu par le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE).

À la demande du gouvernement, le TCCE a procédé à une analyse des mesures de sauvegarde qui ont été mises en place pour protéger l’industrie de l’acier des répercussions causées par les surtaxes américaines. Dans son avis rendu public le 3 avril, le TCCE recommande d’abandonner les mesures de sauvegarde sur cinq des sept produits sur lesquels elles s’appliquent actuellement. Or, plusieurs emplois chez ArcelorMittal à Contrecœur pourraient être affectés par cette mesure.

« L’industrie de l’acier souffre plus que jamais des tarifs imposés par l’administration Trump. La fin des mesures de sauvegarde risque fortement d’entraîner des pertes importantes de revenus pour l’industrie de l’acier qui pourraient se traduire par des mises à pied qui feront mal aux familles de chez nous », indique Xavier Barsalou-Duval.

ArcelorMittal emploie 1200 personnes dans la circonscription. Les barres d’armature pour béton et le fil machine sont deux productions des installations de Contrecœur-Est et Ouest qui pourraient ne plus être protégées par des mesures de sauvegarde si le ministre Morneau décide de suivre les recommandations du TCCE, selon le député et porte-parole du Bloc Québécois en matière de développement économique.

Les mesures de sauvegarde en place depuis le 23 octobre dernier viennent à échéance en mai prochain. Ces mesures consistent en l’imposition de volumes de contingences sur certains produits importés et en une surtaxe de 25 % sur les importations dépassant ces volumes. Si les mesures actuelles ne sont pas reconduites, l’industrie de l’acier estime les conséquences à 1,5 G$ en pertes de ventes, soit 30 % de ses revenus totaux.

« En ces temps d’incertitude et d’instabilité, je pense qu’il est essentiel d’être sensible aux répercussions que ça peut avoir sur les gens de chez nous. Pour ma part, je me range résolument du côté de nos travailleurs et travailleuses de l’acier et j’invite le gouvernement à faire de même », conclut le député de Pierre-Boucher — Les Patriotes — Verchères.

image