29 janvier 2018
Une saison de rêve pour Marc-André Fleury et les Golden Knights
Par: Jean-Philippe Morin

Marc-André Fleury a été le héros du concours d'habiletés et du match des étoiles, les 27 et 28 janvier, à Tampa Bay. (Photo: tirée de nhl.com)

Malgré une commotion cérébrale qui l’a tenu à l’écart du jeu pendant environ deux mois, le gardien de but sorelois Marc-André Fleury file le parfait bonheur à sa première année avec les Golden Knights de Vegas.

L’équipe d’expansion de la Ligue nationale de hockey (LNH) compte 32 victoires en 48 matchs, ce qui est bon pour le premier rang parmi les 31 formations du circuit. Une situation inattendue pour une équipe dont les joueurs, pour la plupart, n’avaient jamais joué ensemble avant octobre dernier.

« Je pense que c’est surprenant pour tout le monde! », lance Marc-André Fleury au bout du fil, avant son départ pour Tampa Bay au match des étoiles la fin de semaine dernière.

« En début d’année, personne n’aurait dit qu’on se retrouverait au premier rang au match des étoiles. On a tellement une bonne gang de gars, la chimie s’est installée rapidement. Il n’y a pas de grosses vedettes; on mise sur notre rapidité et on travaille fort », ajoute le Sorelois.

Le gardien félicite la direction non seulement pour avoir sélectionné des joueurs qui performent dès cette année, mais aussi d’avoir garni la banque de choix au repêchage pour les prochaines années.

« C’est encourageant de voir qu’à court, moyen et long terme, on est bien nantis. Tout le monde a un peu plus de temps de glace que l’an passé avec son ancienne équipe, ce qui donne de la motivation de plus. Tout le monde a une chance et la saisit », souligne le #29.

Le cerbère aime aussi sa relation avec son entraineur Gerard Gallant. « C’est un gars honnête qui nous demande de travailler fort. Ce que j’aime, c’est qu’il est fair avec tout le monde. Il fait aussi une bonne job pour aider les jeunes à performer. »

Ronger son frein

Marc-André Fleury a toutefois dû attendre deux mois avant de profiter pleinement des succès de son équipe. Le vendredi 13 octobre, à son 4e match seulement de la saison, le Québécois Anthony Mantha des Red Wings de Detroit est entré en contact avec le cerbère sorelois. Résultat : une commotion cérébrale qui l’a tenu à l’écart du jeu jusqu’au 12 décembre, date de son retour.

« C’était frustrant, avoue-t-il. Ce sont des choses qui arrivent dans le hockey. J’étais quand même à l’aréna pour encourager les gars. Deux mois, c’est long, surtout que dans le cas d’une commotion cérébrale, tu ne sais jamais quand tu vas revenir. Tu penses que ça s’en vient, mais le lendemain, tu réalises que tu n’est pas correct. »

Même s’il était absent, les Golden Knights continuaient d’avoir du succès malgré le grande nombre de gardiens substituts ayant disputé des rencontres. À son retour, Fleury a continué là où il avait commencé.

Sur ses récents succès, le gardien de 33 ans reste humble. Il les attribue à son équipe qui l’aide défensivement. « Par rapport à l’an dernier, j’ai changé une ou deux choses avec le coach des gardiens, mais le changement est surtout au niveau de l’équipe. L’équipe joue bien et les avants se replient beaucoup, ce qui m’aide. Ce sont des détails qui ne paraissent peut-être pas, mais quand il y a moins de chances de marquer, je parais mieux », analyse-t-il.

En 18 matchs cette saison, le Sorelois a récolté 12 victoires. Il a une moyenne de buts alloués de 1,77 et un pourcentage d’arrêts de ,942.


Un week-end parfait au match des étoiles

Les 27 et 28 janvier, Fleury a été la vedette du match des étoiles à Tampa Bay, ce qui est plutôt rare pour un gardien de but. Il a remporté l’épreuve des gardiens en arrêtant 14 patineurs consécutifs en fusillade, le 27 janvier, lors du concours d’habiletés. Le lendemain, il n’a accordé que deux buts en deux matchs, menant la division Pacifique à la victoire du tournoi de 3 contre 3. L’équipe gagnante recevait une bourse d’un million de dollars.

image