21 juillet 2020
Une excellente année pour le parc éolien
Par: Sébastien Lacroix
2019 représente une année record depuis la mise en marche du parc éolien Pierre-De Saurel en décembre 2016.
Photothèque | Les 2 Rives ©

2019 représente une année record depuis la mise en marche du parc éolien Pierre-De Saurel en décembre 2016. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le parc éolien Pierre-De Saurel (PARC) a rendu public ses états financiers de 2019 qui s’est avérée jusqu’ici une année record en terme de production d’énergie. Ce qui lui a valu de terminer son année financière avec une bénéfice de 580 544 $. Tandis que l’année dernière, c’est une perte de 543 063 $ qui avait été déclarée. Malgré tout, tout comme en 2018, ce sont des redevances de 1,8 million $ qui ont été remis à la MRC de Pierre-De Saurel (voir autre texte).

Publicité
Activer le son

Pour l’exercice 2019, des revenus de 8 944 897 $ ont été enregistrés. Ce qui est une hausse de 853 517 $ par rapport à l’année précédente. Une augmentation qui s’explique par une production plus importante que ce qui avait été prévu.

En 2019, le PARC a en effet totalisé 61 494 mégawatts-heures (MWh) surpassant amplement les attentes d’Hydro-Québec qui exige une production de 51 500 MWh par année dans son contrat. Ce qui correspond à 119,4 % de l’objectif. Tandis qu’en 2018, le parc éolien Pierre-De Saurel avait dû se contenter de 56 659 MWh en raison notamment d’un mois de décembre peu venteux.

Les choses vont également très bien jusqu’ici en 2020. À la mi-juillet, déjà 36 340 MWh avaient été produits, sur un objectif de 33 750 MWh durant cette période. Les mois de février et d’avril ont été les plus productifs avec respectivement 7213 MWh et 7392 MWh.

Des résultats qui s’expliquent en partie par un changement au niveau de la firme chargée de la production et de l’entretien des éoliennes. En effet, depuis qu’OPSIS a pris la relève de Senvion, le 16 avril 2019, le service est « impeccable », observe le directeur général Pierre Dion.

C’est que la présence de personnel dans la région permet de se déplacer plus rapidement en cas de pannes. Elle permet aussi de mieux planifier les entretiens de façon à ce que l’équipement puisse fonctionner à plein régime lorsque les vents sont au rendez-vous. Si bien qu’avec OPSIS, les éoliennes ont été disponibles pour la production à 99,8 % du temps.

Des travaux de stabilisation de la fondation de l’éolienne numéro 2, qui présentait des problèmes d’oscillation, ont également permis d’améliorer la performance du PARC. « Avant, elle devenait en arrêt dès qu’il y avait une vélocité de vents. Maintenant, c’est la meilleure. Elle est stable et son bulletin 2019 est fantastique », indique Pierre Dion.

Beaucoup d’argent dans les coffres

Au global, les résultats financiers de 2019 présentent toutefois une perte nette de 1 250 282 $ en raison des instruments financiers dérivés ou des amortissements. Une norme comptable qui sert à gérer le risque des taux d’intérêt sur l’emprunt de 70 millions $ qui ont été nécessaires pour l’implantation du parc éolien qui s’échelonnera jusqu’en 2036.

Ce qui ne change toutefois en rien les liquidités du parc éolien. En 2019, ce sont 6 440 299 $ en liquidités liées à l’exploitation qui ont été générées. En considérant les distributions effectuées à la MRC de Pierre-De Saurel et les paiements liés à l’emprunt, pour un total de 4 901 875 $, il reste encore 1 361 392 $ dans les coffres pour l’exercice financier 2019.

image