13 janvier 2017
Une des présumés complices plaide coupable
Par: Sarah-Eve Charland
Le criminaliste Luc Vaillancourt fait face à sept chefs d’accusation liés à la possession et distribution de stupéfiants. | TC Média - Archives

Le criminaliste Luc Vaillancourt fait face à sept chefs d’accusation liés à la possession et distribution de stupéfiants. | TC Média - Archives

Une femme qui serait reliée aux événements qui ont mené aux accusations de l’avocat Luc Vaillancourt, accusé d’avoir fait passer de la drogue à ses clients, a plaidé coupable de complot et de possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic.

Sylvie Mongrain a reconnu sa culpabilité de cinq des six chefs d’accusation qui pesaient contre elle devant le juge Maurice Galarneau, le 13 janvier, au palais de justice de Sorel-Tracy. Un arrêt conditionnel a été apposé sur le dernier chef d’accusation.

Pour ce qui est de la sentence, les avocats de la Couronne et de la défense devraient proposer une suggestion commune au juge le 23 mars.

Selon les autorités, le réseau criminel aurait notamment fait entrer à l’intérieur des murs des établissements carcéraux du haschisch, de la marijuana et des méthamphétamines.

Une cause qui traîne en longueur

Les nombreux dossiers touchant le réseau de trafiquants qui visaient à approvisionner des détenus de la prison de Sorel-Tracy et de Bordeaux traînent depuis octobre 2013, déplore le juge Maurice Galarneau.

« Les avocats devront expliquer les remises. Je vais agir en tant que gestionnaire, surtout avec l’arrêt Jordan […] Si rien n’avance le 2 février, je vais fixer à procès », s’est exprimé le juge.

L’accusé Luc Vaillancourt, à la recherche d’un avocat, s’est représenté seul et a invoqué son intention de déposer deux requêtes à la prochaine date de Cour.

D’autres individus arrêtés dans le même dossier, Karine Grenon et Yves St-Laurent, feront aussi face à la justice le 2 février. Relié à ce présumé réseau de trafiquants, Yannick Nadeau a plaidé coupable le 4 octobre 2016 et purge actuellement une peine de 30 jours de prison de façon discontinue. De son côté, Jean-François Raymond a plaidé coupable en février 2015 pour des chefs de possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic. Il a reçu une peine de trois ans de prison.

image