24 décembre 2020
Une campagne de financement majeure est lancée pour la Maison L’Ancrage
Par: Katy Desrosiers

La Maison L’Ancrage Pierre-De Saurel espère pouvoir ouvrir ses portes en 2021. Photo capture d’écran

La Maison L’Ancrage Pierre-De Saurel, qui désire implanter une ressource d’hébergement temporaire pour les jeunes de 16 à 23 ans en difficulté, lance une campagne de financement dans l’espoir de pouvoir ouvrir ses portes en 2021.

Publicité
Activer le son

Dans les dernières semaines, l’organisme a complété son c.a. avec l’ajout de Rachel Doyon, directrice générale de la Maison de la musique de Sorel-Tracy. Le poste d’adjointe administrative a été pourvu par Lorraine Laquerre, nouvelle retraitée après plus de 30 ans de service en protection de la jeunesse.

L’équipe finalise maintenant un plan d’affaires et recherche des partenaires financiers.

Le député de Richelieu Jean-Bernard Émond a annoncé que jusqu’au 15 janvier, il doublerait les dons faits par les citoyens jusqu’à concurrence de 20 000$.

Il est conscient que plusieurs jeunes ont besoin d’une aide supplémentaire pour passer au travers les moments difficiles et avoue être particulièrement sensible à cette cause. Il espère que cette annonce agisse comme un levier et incite les citoyens à embarquer.

« Avec les mesures mises en place, les rassemblements seront beaucoup moins nombreux et des cadeaux qu’on ne fera pas, pourquoi ne pas offrir ce montant-là aux jeunes de la région à travers les organismes », ajoute-t-il.

Depuis les balbutiements du projet en 2016, certains montants ont déjà été reçus dont 50 000 $ du Secrétariat à la jeunesse et 83 508 $ du programme de préparation à l’investissement relié au chantier d’économie sociale.

Après une année d’exploitation, le projet pourra être admissible à une aide récurrente via le programme d’aide aux organismes communautaires. D’ici là, l’organisme doit amasser une somme lui permettant d’effectuer cette première année de service.

Le coordonnateur de La Maison L’Ancrage, Gabriel Laprade, explique qu’il n’y a pas d’objectif précis au niveau du financement puisque la ressource que l’organisme souhaite mettre sur pied, avec six lits au départ, sera différente de ce qui se fait déjà dans le monde des auberges du cœur. « On travaille fort pour le projet réponde aux besoins observés chez nous, pour ne pas faire un copier-coller de ce qui existe ailleurs », mentionne-t-il.

Dans la région, l’organisme a été mis au courant de situations où un étudiant habitait dans son véhicule et où une jeune fille provenant d’une des municipalités rurales a été retrouvée seule dans le métro de Montréal, à quelques instants d’embarquer dans un autobus pour se sauver vers New York. Aux prises avec des problèmes en santé mentale, elle avait été logée dans une auberge du cœur hors de la région, loin de son entourage, et s’était enfuie.

La présidente du conseil d’administration de La Maison L’Ancrage, Nicole Teasdale, invite donc les gens à s’intéresser aux besoins des jeunes de la région. « Particulièrement ceux sans domicile fixe. La Maison L’Ancrage est un projet porteur d’espoir et de bienveillance. J’invite tout le monde à y contribuer. Quel beau cadeau à faire à notre jeunesse », lance-t-elle.

Trois formes de financement

Il y a trois façons pour l’organisme de récolter des fonds. Premièrement, des dons proviennent d’entités gravitant autour de sa future clientèle, comme le Centre de service scolaire de Sorel-Tracy et le Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu.

Deuxièmement, la population est invitée à contribuer via la plateforme de sociofinancement La Ruche. Un objectif de 10 000 $ a été fixé.

Dans un troisième temps, Continuum, une œuvre d’art évolutive, sera créée grâce aux dons plus substantiels.

« Comme la maison n’est pas encore un objet tangible, nous avons pensé symboliser cette étape avec une œuvre d’art qui perdurera à travers le temps. Pour un don de 3000 $ et plus, on peut laisser sa trace et contribuer à une œuvre qui participera au rayonnement de l’organisme et de la région », ajoute M. Laprade.

L’artiste Claude Millette réalisera cette œuvre durable en métal. Il a d’ailleurs choisi d’en léguer une partie à l’organisme. Ensuite, à chaque don, une portion de l’œuvre s’ajoutera.

Une aide pour la Fondation du CĂ©gep

Le député Jean-Bernard Émond doublera également les dons faits à la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy jusqu’au 15 janvier, et ce, jusqu’à concurrence de 20 000$. Cette aide viendra combler les fonds qui ne pourront être amassés cette année au niveau de la Fondation avec l’annulation de l’Opération Nez rouge.

La directrice générale de la Fondation, Myriam Arpin, se réjouit de l’annonce du député. Dernièrement, elle a reçu un appel d’un enseignant concernant une étudiante qui souhaitait à tout prix terminer ses études pour avoir son diplôme et aspirer à une meilleure vie. Toutefois, pour pouvoir payer ses études, elle ne mangeait pratiquement plus depuis des mois. Avertie de cette situation, la Fondation a pu lui venir en aide.

La Fondation poursuit également sa mission de favoriser la réussite scolaire.

Dans le futur, La Maison L’Ancrage sera une ressource vers laquelle la Fondation pourra recommander les étudiants qui ont besoin d’un toit temporaire ou de soutien.

image