12 novembre 2018
En novembre au café-théâtre Les Beaux Instants
Un thriller psychologique tiendra en haleine les spectateurs
Par: Julie Lambert

Le duo formé de Lunia Drapeau et Symon Angers se donnera la réplique dans la production Good Night présentée en novembre au café-théâtre Les Beaux Instants. (Photo : Gracieuseté/ Francine Lahaie)

Le metteur en scène de la troupe de théâtre La Doublure, Martial Lalancette, aime se lancer dans des projets de spectacle percutants qui ne font pas dans la dentelle. Cette fois-ci, son duo de comédiens sorelois s’imprégnera de l’atmosphère sombre et pleine de suspense du thriller psychologique Good Night, présenté au café-théâtre Les Beaux Instants les 16, 17, 23 et 24 novembre.

Le metteur en scène s’est rendu en France, cet été, pour assister au festival de théâtre d’Avignon. Il avait dans l’idée déjà de présenter cette pièce unique de l’auteur français Romain Poli et cherchait à obtenir les droits d’auteur.

« Je n’avais pas réussi à les rejoindre avant de partir là-bas. J’ai vu sur place qu’il jouait la pièce, parce que l’auteur est aussi le comédien. Après la pièce, j’ai discuté avec eux et ils m’ont dit que cela leur ferait plaisir de nous donner les droits d’auteur. J’étais bien content puisque je voulais la faire. C’est pas mal le style de pièce que je fais habituellement et que j’aime faire », explique-t-il.

Une montagne russe d’émotions

Le thriller psychologique présente une double histoire d’amour, une rencontre entre deux personnes à l’opposé sur tout. Elle débute avec l’introduction d’un homme, Anthony, dans la chambre d’un appartement où une jeune femme dort. Terrifiée, Léa saisit une arme et attache l’intrus. Débutera ensuite une confrontation ardue et violente entre les deux personnages, mais au fil du temps, ils se découvriront un point en commun.

« C’est vraiment plein d’émotions. Ça monte, ça baisse. Un moment donné, tu ne sais plus ce qui se passe et tu te poses des questions. Anthony, joué par Symon Angers, est le point central de la pièce. C’est un peu à cause de lui que tout arrive », décrit le metteur en scène.

Symon Angers a fait partie des comédiens qui ont participé à la production La Sainte Paix présentée au printemps dernier dans la région. Selon Martial Lalancette, il a été difficile de trouver un comédien pour camper ce rôle.

« On a eu beaucoup de filles lors des auditions. Trouver le gars a été plus compliqué surtout en raison du style de la pièce et du rôle du personnage d’Anthony. Certains aspects de lui font en sorte que des gens sont peut-être moins à l’aise de le jouer », mentionne-t-il.

Un premier pas sur scène

Sa compagne sur les planches, Lunia Drapeau, vit sa première expérience au théâtre. Si l’art a toujours fait partie de sa vie, la jeune femme de 25 ans a voulu se lancer un nouveau défi.

« J’ai vu l’annonce et je me suis présentée. C’était un rêve. J’ai toujours voulu faire du théâtre. L’aspect thriller de la pièce m’intéressait, le mystère qui entoure l’histoire aussi. J’y ai été à fond. Ç’a été plus de travail que je pensais, surtout la mémorisation d’au-dessus de 200 répliques. Même s’il y a un peu de pression, je me concentre sur cela et ça va bien », confie-t-elle.

Elle décrit son personnage comme une femme mélangée, bipolaire, très affectée par la mort de son mari. « Cela la rend un peu folle, un peu imprévisible », explique la comédienne.

Les billets pour les représentations du 16, 17, 23 et 24 novembre sont en vente à la librairie Wilkie, à la boutique Tricot Nathy, à la porte lors de la représentation ou en ligne au www.lepointdevente.com. Pour des informations, les gens peuvent communiquer avec Martial Lalancette au 450 743-8782 ou au lalancette.martial@videotron.ca.

image