21 novembre 2016
Un rêve devenu réalité pour le tromboniste Bruno Laurence Joyal
Par: Julie Lambert
Le tromboniste originaire de Sorel-Tracy, Bruno Laurence Joyal, lors d’une performance pour le 100e anniversaire de l’Harmonie Calixa-Lavallée l’an dernier. | Photo: Gracieuseté – Maurice Parent

Le tromboniste originaire de Sorel-Tracy, Bruno Laurence Joyal, lors d’une performance pour le 100e anniversaire de l’Harmonie Calixa-Lavallée l’an dernier. | Photo: Gracieuseté – Maurice Parent

Bruno Laurence Joyal a vu son rêve de jouer avec l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) devenir réalité. Le musicien originaire de la région a joué dans quelques concerts du mythique ensemble d’instrumentistes la semaine dernière.

Le tromboniste de 27 ans avait déjà passé des auditions pour être inscrit sur la liste de remplacement de l’OSM. Le musicien a tout de même été très surpris quand il a reçu un appel pour venir remplacer la tromboniste permanente de l’orchestre.

« Tu ne dis pas non à une opportunité comme ça. J’étais dans une école secondaire sur la Rive-Sud. J’ai quitté tout de suite pour me rendre à la Maison symphonique où je devais jouer le jour même », se rappelle Bruno Laurence Joyal.

Arrivé sur place, on lui a mis les partitions dans les mains. En quelques heures, il devait apprendre les mélodies afin d’être prêt pour la représentation. C’était un beau défi, mentionne-t-il.

« Notre formation de musicien classique nous prépare à vivre ça. On connaît souvent les airs, alors je me suis bien débrouillé. Je ne sais pas comment on a apprécié mon jeu. Le lendemain, je me suis ajusté avec ma prestation de la veille », explique-t-il.

Une fierté de plus

Même s’il n’a pas un poste permanent et demeure à la pige, le jeune homme est content de mettre cette expérience sur son curriculum vitae puisque ce ne sont pas tous les musiciens qui peuvent s’en prévaloir.

« Ce marché fonctionne par audition. L’OSM fait des auditions nationales et s’il n’y a personne, on cherche à l’international parmi les meilleurs partout dans le monde. C’est un niveau très élevé et c’est très difficile. Cette expérience est incroyable. Je viens de terminer mes études et d’avoir pu faire cela, je trouve que ça commence bien », se réjouit-il.

Initié au piano vers l’âge de 5 ans par Madeleine Lemaire, le tromboniste a appris également au côté de Josée Laforest dès l’âge de 10 ans. Ce n’est qu’à partir de cet âge que Claude Sheridan l’a initié au trombone.

Malgré ses débuts en musique très jeune, M. Joyal confie qu’il était surtout intéressé par la nage et qu’il a préféré le water-polo à la musique pendant plusieurs années.

C’est plus tard qu’il s’est rendu compte qu’il avait un certain talent. Pour lui, l’influence de l’Harmonie Calixa-Lavallée et de Josée Laforest a eu de l’importance sur le développement de sa passion pour la musique d’orchestre.

« J’aime bien le Québec. J’ai fait le choix de rester et de percer ici. Mon job de rêve, c’est celui que je viens de faire. Je ne peux toutefois pas mettre tous mes œufs dans le même panier. Je vais continuer de m’améliorer et de préparer des auditions », conclut-il.

Saviez-vous que…

Un Sorelois fait déjà partie de l’OSM. Mathieu Harel y joue du basson comme musicien permanent depuis 1998.

image