15 septembre 2021
Échos du conseil de ville du mardi 7 septembre 2021
Un projet de logements sociaux sur la table Ă  Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Le maire Serge Péloquin a assuré, lors du conseil de ville du 7 septembre, sa collaboration avec l’Office d’habitation Pierre-De Saurel pour son projet de logements sociaux à Sorel-Tracy. Photo capture d’écran

La Ville de Sorel-Tracy aidera l’Office d’habitation Pierre-De Saurel pour la réalisation d’un projet de construction de 40 à 80 unités de logements sociaux.

Publicité
Activer le son

Elle s’est engagée à fournir un terrain de dimension suffisante pour sa réalisation ou à verser une aide financière pour l’acquisition d’un terrain lorsque l’Office déposera une demande officielle.

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, souligne en entrevue que le choix de l’Office d’habitation n’est pas arrêté concernant le lieu du futur projet.

« Je sais qu’ils ont regardé plusieurs options. Nous, comme conseil de ville, on s’est engagé à leur céder un terrain s’il appartenait à la Ville, ou à acquérir le terrain d’une tierce personne pour leur céder s’il ne nous appartient pas », explique-t-il.

Le maire souhaite une mixité des classes sociales pour ce projet. « On souhaite que non seulement des gens à faible revenu y habitent, mais aussi des familles et des aînés », insiste-t-il.

Notre demande d’entrevue auprès de l’Office d’habitation Pierre-De Saurel est demeurée sans réponse.

L’Héberge du Grand Héron retourne à la table à dessin

Un autre projet de logements sociaux, L’Héberge du Grand Héron, devra retourner à la table à dessin. Le projet, qui doit être implanté au 153, rue Prince, soit l’ancien bunker des Hells, a vu sa demande de plans d’implantation et d’intégration architecturale refusée par le conseil municipal, le 7 septembre.

Serge Péloquin explique que le comité consultatif d’urbanisme s’est appuyé sur les bâtiments autour, dans le quartier, pour proposer au conseil de ville de refuser le projet tel que présenté.

« Le conseil n’est pas contre le projet, au contraire. Au départ, il était prévu à l’ancienne caserne de pompiers, coin Elizabeth et Charlotte. Les plans proposés pour le terrain sur la rue Prince étaient les mêmes, avec un toit plat. Ce n’est plus le même quartier. On demande donc à L’Héberge du Grand Héron de nous proposer d’autres plans pour ne pas déroger de la signature architecturale du quartier. Aussi, dans la mesure du possible, on aimerait garder les arbres, quitte à reculer un peu le bâtiment », explique M. Péloquin.

Travaux au centre-ville et nouvelle piste cyclable sur Poliquin

Deux contrats ont été octroyés à la firme soreloise Danis Construction.

D’abord, des travaux de voirie et d’aménagement paysager seront réalisés à l’intersection des rues de la Reine et Charlotte, au centre-ville, au coût de 114 300 $ taxes incluses. Ils consisteront entre autres à enlever la clôture près du Centre des arts contemporains du Québec, refaire des trottoirs, implanter un escalier jusqu’au quai Richelieu et verdir l’intersection.

« Ça fait déjà deux ans que c’est comme ça, alors on veut rendre ça plus joli avant l’hiver », a répondu Serge Péloquin, lorsque questionné par une citoyenne à ce sujet.

Également, Danis Construction s’occupera d’aménager une nouvelle piste cyclable bidirectionnelle sur le boulevard Poliquin, entre la rue Dauplaise et le chemin Champagne, au coût de 229 500 $, taxes incluses. « Ce boulevard a pas mal changé avec l’asphaltage et le lignage qui ont été refaits. Ça va permettre une mobilité active beaucoup plus sécuritaire pour pouvoir se rendre à l’épicerie, à la caisse populaire, etc. », s’est réjouie la conseillère du quartier, Dominique Ouellet.

Deux règlements d’emprunt

La Ville a par ailleurs adopté deux règlements d’emprunt totalisant 6,9 M$.

Le premier se veut un règlement décrétant des travaux de réfection des réseaux d’aqueduc, d’égout et de voirie pour un total de 6 M$, remboursable en 20 ans. Il est adopté en vue de la réalisation de travaux de voirie et d’alimentation en eau potable.

Le deuxième se veut un règlement décrétant des dépenses en immobilisations, pour un emprunt de 900 000 $ remboursable en 20 ans. Il se divise comme suit : 290 000 $ pour des travaux de restauration patrimoniale, 300 000 $ pour des travaux d’aménagement de patinoires multifonctionnelles et 310 000 $ pour des travaux d’agrandissement de chalets de service.

Plaidoyer sur l’environnement

En faisant référence indirectement aux plus récentes lettres d’opinion dans le journal Les 2 Rives écrites par des citoyens concernés par l’environnement, le conseiller du quartier des Patriotes, Patrick Péloquin, a tenu à rassurer la population.

« On n’en parle pas nécessairement sur la place publique. On met passablement de pression sur l’administration municipale pour revoir notre politique environnementale, notre politique de l’arbre et réviser le plan d’urbanisme de la Ville pour protéger nos zones boisées », a-t-il exposé, lors de son temps de parole en fin de séance.

image