28 mai 2020
RTFT extrait un minéral critique à partir de sous-produits de dioxyde de titane
Un procédé révolutionnaire mis au point à Sorel-Tracy
Par: Sébastien Lacroix
Une première coulée d’alliage d’aluminium-scandium a eu lieu au Centre de recherche et développement d’Arvida (CRDA) de Rio Tinto Alcan. 
Photo gracieuseté

Une première coulée d’alliage d’aluminium-scandium a eu lieu au Centre de recherche et développement d’Arvida (CRDA) de Rio Tinto Alcan. Photo gracieuseté

Les équipes de chercheurs du Centre de technologie de Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) à Sorel-Tracy ont développé un nouveau procédé pour extraire de l’oxyde de scandium, qui entre dans la catégorie des terres rares et qui est classé comme un minéral critique.

Publicité
Activer le son

C’est à partir des sous-produits générés lors de la production de dioxyde de titane au complexe métallurgique de Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) de Sorel-Tracy que serait extrait l’oxyde de scandium de haute pureté. Une production d’alliage mère aluminium-scandium est aussi au stade expérimental à Sorel-Tracy.

RTFT estime que cette percée a le potentiel de stimuler le marché de l’oxyde de scandium en offrant une source d’approvisionnement sûre à partir d’une exploitation établie. Un marché qui est estimé à seulement 12 à 14 tonnes par année.

Pendant de nombreuses années, la croissance de la demande de scandium a été limitée en raison des problèmes d’approvisionnement et un coût de production élevé. Puisque jusqu’ici, il n’a été extrait sous forme minérale que dans quelques mines dans le monde, principalement concentrées en Asie (Chine, Japon, Kazakhstan, Philippines) et en Russie.

Ce procédé révolutionnaire développé à Sorel-Tracy présente de faibles coûts de production et nécessite un investissement minime, indique RTFT. Il viendrait créer de la valeur à ce qui était auparavant des résidus générés par le procédé de production de dioxyde de titane.

« Cette percée est un excellent exemple de la façon dont nous repensons nos opérations à l’échelle mondiale pour créer davantage de valeur à partir de nos sous-produits », estime le chef de la direction de Rio Tinto, Jean-Sébastien Jacques.

Rio Tinto constate un vif intérêt sur le marché et évalue actuellement la possibilité de passer à la production d’oxyde de scandium à l’échelle industrielle au Québec. Le calendrier, l’échelle et le montant de l’investissement potentiel pour passer à une production industrielle sont présentement à l’étude.

Le projet est tout de même assez avancé. Puisque depuis près d’un an, un laboratoire de RTFT produit de l’oxyde de scandium de haute qualité qui répond aux spécifications du marché. Le même procédé est présentement utilisé à plus grande échelle dans une usine pilote.

Plusieurs utilités

Le scandium est l’élément le plus rare de la catégorie des terres rares. Il permet de produire des alliages d’aluminium à haute performance qui augmentent considérablement la résistance mécanique, la résistance à la chaleur et à la corrosion, ainsi que les propriétés de soudage.

Les alliages de scandium-aluminium servent, par exemple, pour apporter aux avions militaires des avantages en termes de poids, de maniabilité et de portée. De nombreuses applications ont également été développées pour des équipements sportifs tels que des bâtons de baseball et de crosse, ainsi que des cadres de vélo. La poudre d’alliage aluminium-scandium-magnésium est même utilisée en impression 3D.

L’oxyde de scandium permet d’améliorer les performances des piles à combustible à oxyde solide, qui sont utilisées comme source d’énergie dans les bâtiments, ainsi que dans des produits de niche tels que certains lasers et produits d’éclairage pour les stades ou les studios.

image