24 juillet 2018
Un pôle d’expertise créé par Québec pour la conservation du lac Saint-Pierre
Par: Jean-Philippe Morin

Le gouvernement du Québec investit 4,66 M$ sur quatre ans afin de créer le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre.

Le second volet de ce plan visant à promouvoir la conservation du lac Saint-Pierre a été annoncée le 20 juillet. L’Université McGill, l’Université Laval et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) se partageront ce montant. Ensemble, elles proposeront au gouvernement du Québec des projets de recherche et d’expérimentation concrets qui favoriseront une agriculture durable, adaptée à l’écosystème du lac Saint-Pierre et respectueuse de ce dernier.

Le Pôle a pour objectifs de développer des cultures et des pratiques agricoles adaptées au contexte particulier des grands littoraux cultivés du lac Saint-Pierre qui auront des incidences positives sur la qualité de son écosystème. Il est aussi à évaluer la performance et les impacts sociaux, économiques, environnementaux et fauniques des activités agricoles et des projets de restauration. Le Pôle sert aussi à proposer au gouvernement, à partir des résultats des recherches, un mode de gestion favorisant une agriculture durable dans le littoral du lac Saint-Pierre.

Cette annonce complète le plan en deux volets dévoilé le 16 mars 2018 en faveur de la conservation du lac Saint-Pierre, lequel était assorti d’une aide de 14 M$ sur cinq ans du gouvernement du Québec. À la somme de 2,66 M$ alors annoncée pour le Pôle d’expertise s’ajoute maintenant un financement de 2 M$ provenant de la mesure budgétaire pour une utilisation responsable des pesticides en agriculture, administrée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Rappelons que le premier volet du plan consistait à mettre en œuvre le Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre, un programme d’aide financière destiné aux organismes du milieu qui souhaitent mener des initiatives de conservation ou de restauration de la biodiversité et de la qualité de l’eau du lac Saint-Pierre.

« L’état de santé actuel du lac Saint-Pierre est préoccupant et démontre la nécessité d’agir rapidement. […] Nous nous devons d’impliquer tous les partenaires afin de travailler ensemble et de nous doter d’une vision et de mesures pour réduire les pressions environnementales subies par l’écosystème. […] », commente la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Melançon.

« En cohérence avec les besoins exprimés par les acteurs locaux, le Pôle d’expertise multidisciplinaire mettra ses compétences au service d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac Saint-Pierre […]», ajoute le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard.

Long de 32 kilomètres et large de 14 kilomètres, le lac Saint-Pierre est le dernier bassin d’eau douce du fleuve Saint-Laurent avant l’océan. Il s’étend de Sorel-Tracy à Trois-Rivières. Il a été reconnu comme zone humide d’importance internationale en 1998 par la convention de Ramsar. En 2000, l’UNESCO l’a désigné réserve de la biosphère.

image