20 janvier 2021
Un journal d’extrême droite distribué à Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Des citoyens de Sorel-Tracy ont été surpris de constater la présence d’un journal de propagande dans leur boîte aux lettres, le 20 janvier. Photo gracieuseté

Plusieurs citoyens de la région de Sorel-Tracy ont été surpris de constater la présence du journal The Epoch Times dans leur boîte aux lettres, le 20 janvier.

Publicité
Activer le son

Reconnu pour être un média américain d’extrême droite rempli de théories du complot, The Epoch Times a été distribué par Postes Canada aux quatre coins du pays, ce qui a créé une certaine controverse la semaine dernière. À lire certains messages sur les réseaux sociaux ce matin, son arrivée à Sorel-Tracy n’a pas été bien reçue non plus.

Selon Alexis De Lancer, animateur de l’émission Les Décrypteurs sur ICI RDI, ce journal a comme bête noire le Parti communiste central de Chine (PCC), qui apparaît dans tous les articles. Au cours des dernières années, The Epoch Times a effectué un virage clairement pro-Trump, selon M. De Lancer.

En feuilletant les pages du journal reçu par la poste, on peut notamment lire des articles ayant pour titre « La guerre silencieuse de la Chine communiste contre l’Occident », « Le maire de Calgary et des fonctionnaires ciblés par le régime chinois », « Les liens entre l’élite et les dirigeants du Canada, et le régime chinois » ainsi que « Comment le spectre du communisme dirige le monde ».

« Nous, aux Décrypteurs, on a passé au peigne fin le contenu de ce journal, qui est surtout composé d’articles d’opinion, et la principale cible de ce journal-là est le parti communiste chinois. Tout passe par ce prisme-là, le trumpisme et l’obsession de cette position anti-PCC… Ce qui donne lieu aussi à beaucoup de désinformation », a indiqué Alexis De Lancer, à Radio-Canada.

Selon Radio-Canada, The Epoch Times est disponible dans des dizaines de pays. Sur Facebook, plus de 6,2 millions de personnes aiment la page et plus de 7,7 millions de personnes y sont abonnées. « La façon de présenter ce journal peut donner l’impression qu’il s’agit d’une publication conventionnelle […]. Il s’agit d’abord et avant tout d’un véhicule de propagande », a conclu M. De Lancer.

image