21 février 2018
A Son's Anger
Un deuxième vidéoclip sous fond de romance
Par: Julie Lambert

Le trio sorelois A Son's Anger est prêt à mettre les bouchées doubles pour se faire connaître. (Photo : Gracieuseté/NathB)

Le groupe sorelois A Son’s Anger a présenté un nouveau vidéoclip le 5 février intitulé Don’t let me go. Décidés à se faire connaître par des gens de l’industrie musicale, les membres de la formation ont multiplié leurs apparitions sur la toile dans les derniers mois.

Publicité
Activer le son

Le premier vidéoclip Father and son du groupe de style hardrock a été dévoilé en janvier. À peine quelques semaines plus tard, le trio, formé de Marc-André Dionne, Fred Thibault et David Busque, présentait une nouvelle vidéo. Si le premier extrait abordait les relations tumultueuses entre un père et son fils, celui-ci est sur le thème de l’amour.

« J’avais abordé une fille cet été. Un jour après, je lui ai envoyé un texto et je ne pensais jamais qu’elle me répondrait. J’ai écrit la chanson au complet le soir-même. À son retour de voyage deux semaines plus tard, on a commencé à se fréquenter », se souvient le chanteur Marc-André Dionne.

À l’automne 2017, les membres du groupe ont engagé une réalisatrice de Trois-Rivières, Marie-Pier Diamond, pour mettre en images les deux chansons. Pendant un week-end de trois jours, du 6 au 8 octobre, ils ont tourné les vidéoclips pendant de nombreuses heures, souligne M. Dionne.

Le premier a été réalisé à l’église Saint-Pierre de Sorel-Tracy tandis que le deuxième a été tourné au quai Catherine-Legardeur. Ce dernier met en vedette le chanteur et sa copine puisque l’histoire raconte leur première rencontre.

Prêts à mettre le prix

Depuis sa formation en 2014, le groupe a beaucoup travaillé afin de faire son chemin dans le milieu musical. Il a offert son premier album Loyal and hurt en 2017. Plusieurs chansons sont diffusées sur des sites web de radios indépendantes à travers le monde, dont à Boston, en Californie et même en Russie ainsi qu’au Royaume-Uni.

Les musiciens comptent offrir un autre vidéoclip à leurs abonnés dans les prochains mois, mais cette fois-ci, en version live.

Le but de leur forte présence sur les réseaux sociaux et du roulement constant de nouveau matériel est de se faire remarquer par une maison de disque ou des diffuseurs, avoue l’artiste. Tous les membres ont énormément investi non seulement en temps, mais aussi en argent puisqu’ils ont financé à coup de milliers de dollars chacun des projets.

« Quand on croit en quelque chose, on trouve le moyen d’en faire le plus possible. On veut que notre matériel ait un look professionnel pour dire aux gens : vous ne regrettez pas de nous avoir. On n’a même pas encore un spectacle de fait. On n’est pas pressés et on est très confiants du produit qu’on a. On met l’emphase sur notre présence sur les médias sociaux parce qu’on ne sait jamais qui va nous regarder ou nous entendre », assure le chanteur.

Les gens peuvent se rendre sur la page Facebook A Son’s Anger pour visionner les vidéoclips du groupe ou sur Spotify afin d’écouter l’album.

image