9 juin 2015
Un ancien conseiller dépose une plainte contre le maire Serge Péloquin
Par: Julie Lambert
L'ancien conseiller Gilles Jr.Lemieux (à gauche) et le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin (à droite). | Photo TC Média

L'ancien conseiller Gilles Jr.Lemieux (à gauche) et le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin (à droite). | Photo TC Média

Après avoir soulevé une possible situation de conflits d’intérêts du maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin dans le dossier de la poursuite de 22 M$ de SDD-Conporec, l’ancien conseiller municipal Gilles Jr. Lemieux a déposé une plainte au ministère des Affaires municipales (MAMOT).

Cette plainte découle entre autres de la séance publique de janvier dernier où l’ancien conseiller a remis en doute les négociations de gré à gré qui ont lieu depuis plusieurs mois entre la municipalité ainsi que les représentants de SDD-Conporec.

Selon l’ancien candidat à la mairie, M. Péloquin aurait dû mandater un comité pour faire ces négociations. Il croit que le maire se trouve en conflit d’intérêts en raison de membres du conseil d’administration de SDD-Conporec qui ont contribué à sa campagne électorale.

Interrogé par le Journal au sujet de cette plainte, M. Lemieux a confirmé ses démarches en refusant de donner d’autres explications étant donné que le dossier est actuellement étudié devant la Commission municipale du Québec (CMQ).

« Le commissaire aux plaintes a reçu et jugé suffisantes mes préoccupations dans le dossier des négociations de gré à gré entre le maire de Sorel-Tracy et SDD-Conporec pour que le dossier soit transféré à la commission », a-t-il mentionné.

Des allégations infondées

Le maire Péloquin confirme que cette plainte découle de l’intervention de M. Lemieux lors de la séance de janvier dernier. Dans celle-ci, l’ancien conseiller mentionne que l’avocat a été retiré du dossier, que le maire n’aurait pas la légitimité de discuter de ce dossier et qu’il n’aurait jamais informé le conseil de l’avancement des négociations.

Lors de la dernière assemblée publique du conseil de ville de Sorel-Tracy du 1er juin, le conseil a adopté deux résolutions pour faire suite à la plainte de M. Lemieux.

La première confirme que l’avocat de la municipalité, Me Claude Jean, est toujours au dossier et la deuxième pour permettre l’embauche d’un procureur, de la firme Dufresne Hébert Comeau Avocats, afin de défendre le maire de Sorel-Tracy devant la commission.

M. Péloquin souligne que le conseil a adopté ces deux résolutions dans le cadre du mécanisme légal lors du dépôt d’une plainte. Il nie vigoureusement les allégations de l’ancien candidat à la mairie.

« M. Lemieux vient prétendre des choses non fondées au micro. Il va faire dépenser du temps, de l’argent et de l’énergie dans un dossier où on a toujours suivi les règles. Il va retarder l’avancement des négociations. Je ne sais pas pourquoi, mais il semble essayer de gagner du temps. »

Selon le maire, les discussions entre les deux parties sont toujours en cours. La cause est encore valide et devrait être entendue en 2016 si une entente ne survient pas.

Par contre, les démarches ne pourront pas continuer tant que la plainte n’aura pas été analysée et le jugement rendu, mentionne-t-il. Cela retarde le dossier qui avait fait une avancée importante, selon lui, dans les dernières semaines.

« On n’a jamais fait de cachettes. Il répand des rumeurs et des ragots sur la place publique. La commission m’indiquera si j’ai mal agi et elle va me faire un blâme si c’est le cas », conclut-il.

À lire aussi:

Des organismes impayés se lèvent contre SDD

Un litige qui tarde à se régler

image