12 février 2016
Un an et demi de prison pour 3000 photos et vidéos de porno juvénile
Par: Julie Lambert
Un homme de 36 ans de Sorel-Tracy a écopé d’une peine de 18 mois pour possession et avoir visionné de la pornographie juvénile. | Photo : TC Média - Archives

Un homme de 36 ans de Sorel-Tracy a écopé d’une peine de 18 mois pour possession et avoir visionné de la pornographie juvénile. | Photo : TC Média - Archives

Un homme de 36 ans de Sorel-Tracy, Stéphane Descôteaux, a écopé de 18 mois de prison, aujourd’hui, au palais de justice de Sorel-Tracy, pour avoir consulté ou possédé près de 3000 images et vidéos de pornographie juvénile.

Publicité
Activer le son

Selon les faits rapportés par la procureure de la Couronne, Me Geneviève Beaudin, à la juge Louise Leduc, l’homme a été dénoncé par son ex-conjointe chez qui il habitait en octobre dernier.

Cette dernière a trouvé dans ses effets personnels une clé USB comptant des fichiers de pornographie juvénile. L’ex-conjointe avait déjà été confrontée à cette situation par le passé, mais elle n’avait pas porté plainte.

Les policiers munis d’un mandat de perquisition ont saisi les appareils électroniques de l’homme de 36 ans sur lesquels ils ont retracé 2366 images et 517 vidéos de pornographie juvénile.

Conscient de son problème

Le trentenaire a été arrêté à l’automne 2015 et faisait face à deux chefs d’accusation, soit d’avoir eu en sa possession de la pornographie juvénile et d’y avoir eu accès. Il a plaidé coupable le 12 février 2016 devant le juge Leduc aux deux chefs.

Son avocat, Me Réal Quintal, a souligné le désir de l’accusé de purger sa peine à la prison de Percé où il existe un programme pour son type de déviance tout en mentionnant que M. Descôteaux a plaidé coupable ainsi qu’admis son problème.

La Couronne et la défense ont déposé une suggestion de peine commune à la juge Leduc, qu’elle a acceptée. Les avocats ont proposé une peine d’emprisonnement de 18 mois. Détenu depuis son arrestation en octobre, M. Descôteaux a passé les quatre derniers mois en prison. Comptée à temps et demi, cette détention provisoire équivaut à six mois et deux semaines, ce qui signifie qu’il lui reste moins d’un an à purger.

L’homme doit respecter plusieurs conditions dont une période d’approbation de trois ans et une interdiction de se trouver en présence d’un mineur de moins de 16 ans sauf s’il est accompagné d’un adulte.

Il ne pourra pas non plus se trouver près d’un lieu ou travailler dans un endroit où il pourrait être en contact avec des jeunes âgés de moins de 16 ans ni posséder un ordinateur sauf pour son travail ou en y accédant dans un lieu public où les sites pornographiques sont bloqués.

Il sera également inscrit pour une période de 10 ans au registre des délinquants à contrôler tout comme fournir un échantillon d’ADN.

image