6 novembre 2015
Trahi par son drone, un trafiquant filmé en flagrant délit
Par: Julie Lambert
Charles Poliquin a conçu le drone qui a été utilisé pour tenter d’introduire de la drogue à la prison de Sorel-Tracy. | Glovatskiy

Charles Poliquin a conçu le drone qui a été utilisé pour tenter d’introduire de la drogue à la prison de Sorel-Tracy. | Glovatskiy

Arrêté en raison d’un défaut sur son drone après une opération visant à passer de la drogue à la prison de Sorel-Tracy, Jonathan Payeur a écopé de 18 mois de prison devant la juge Louise Leduc le 3 novembre dernier.

Jonathan Payeur et son présumé complice Charles Poliquin étaient de retour en cour au palais de justice de Sorel-Tracy. Ils ont plaidé coupable à des chefs d’accusation de complot et de trafic de stupéfiants.

Ils avaient été arrêtés en novembre 2014 à Saint-Jérôme. Ils ont tenté de faire passer des substances pour les détenus à l’intérieur de l’enceinte de la prison de Sorel-Tracy à l’aide d’un drone en mai 2013.

Pour une raison inconnue, le drone s’est écrasé. Selon la preuve, une caméra vidéo installée sur l’appareil a capté l’image des deux individus dans une voiture à l’extérieur de la prison en train de planifier une opération pour y faire entrer de la drogue et du tabac.

La caméra de l’appareil a été retrouvée sur le toit du centre de détention et 156 grammes de cannabis et de tabac se situaient tout près. Ce sont les agents correctionnels qui ont récupéré l’appareil au sol.

Jonathan Payeur était le chauffeur du véhicule lors de cette journée. Charles Poliquin était le concepteur du drone. Ce dernier a fait une déclaration incriminante aux policiers lors de son arrestation.

Plusieurs preuves reliaient également l’appareil aux deux accusés, dont un appel de M. Payeur à un détenu, deux jours après l’incident, à qui il aurait dit : « le vent a pogné dans le towing. »

La Couronne a également démontré grâce à la tour cellulaire que les deux individus se trouvaient dans cette zone lors de l’incident. De plus, on aperçoit des pièces en train de tomber de l’appareil filmées par la caméra dans les mains des accusés qui tentent de réparer le drone dans la même vidéo.

La juge Leduc a décidé que M. Payeur resterait 18 mois en prison. Cette peine s’ajoute à deux autres sentences, une de 6 mois et une autre de 12 mois, qu’il a reçues dans le district de Saint-Jérôme. Un rapport présententiel sera déposé le 17 mars prochain dans le dossier de Charles Poliquin.

image