25 mai 2015
Tous à « 100 miles à l’heure » derrière Nathan
Par: Sarah-Eve Charland
Gracieuseté

Gracieuseté

Gracieuseté

Gracieuseté

Gracieuseté

Gracieuseté

Alors qu’il a passé toute sa vie dans un lit d’hôpital, Nathan Hébert, âgé de 17 mois et atteint d’une malformation au niveau du diaphragme, ne souhaite que revenir à la maison y vivre avec sa famille. Pour ce faire, la famille a besoin de près de 100 000$ pour embaucher un infirmier et se procurer de l’équipement médical.

Les parents, Mélissa Malo et David Hébert, ont appris que leur enfant avait une petite malformation au niveau du diaphragme à la 6e semaine de la grossesse. Ce qui était au départ un léger problème s’est aggravé à la 36e semaine. Les organes internes se sont écrasés les uns sur les autres.

« On nous a expliqué qu’il avait 50% de chances de survie. Quand on apprend une nouvelle comme celle-là, on remet tout en question. On voulait s’assurer que notre enfant ait une belle qualité de vie. Les médecins se sont montrés rassurants », raconte Mme Malo.

Au moment de sa naissance, le petit Nathan avait de la difficulté à respirer. Les médecins n’ont pu l’opérer que six jours plus tard parce que les salles de chirurgie étaient surchargées.

Durant la première année de vie du bambin, les parents n’étaient jamais certains de le revoir le lendemain. « On se faisait régulièrement appeler durant la nuit pour se rendre à l’hôpital. Une journée, on pensait le perdre. Le lendemain, on l’avait dans nos bras. On a vécu beaucoup d’émotions en montagnes russes », explique-t-elle.

En date du mois de mai 2015, l’état de Nathan est stable. Il a une trachéotomie, c’est-à-dire une ouverture de la trachée. Nathan pourrait revenir à la maison à la condition qu’il ait une surveillance 24h par jour. Mme Malo a suivi une formation et peut le surveiller 16 heures par jour.

La famille n’a pas les moyens d’embaucher un infirmier pour surveiller l’enfant la nuit et les équipements nécessaires. En tout, 100 000$ sont nécessaires.

L’enfant doit vivre avec une trachéotomie jusqu’au printemps 2016. Même si ses poumons seront fragiles pour les quatre prochaines années, Nathan pourra retrouver un rythme de vie normal et ne trainera pas de séquelle, selon les médecins.

Courser pour aider Nathan

Le père, David Hébert, fait partie de l’équipe de course automobile One de Sorel-Tracy depuis 1999. Le propriétaire de l’équipe, Serge Desjardins, le considère comme un membre de sa famille. Il n’a pas hésité à mettre sur pied une levée de fonds pour aider la famille.

« Leur histoire m’a bouleversé. Je devais faire quelque chose pour eux. J’ai tout de suite contacté les autodromes Drummond et Granby. Il y a plein de personnes qui se mobilisent pour la même cause », souligne M. Desjardins.

« La levée de fonds, ça soulage beaucoup le fardeau. C’est un très beau geste. Ça enlève un gros poids sur nos épaules », ajoute Mme Malo.

En échange d’un don de 5$, les personnes pourront signer la voiture de David Hébert qui coursera tout l’été. Les pilotes pourront aussi donner leur bourse au mouvement On roule pour Nathan quand ils courseront.

Les fonds amassés seront gérés par le propriétaire de l’équipe de course One. La saison à l’Autodrome Drummond ouvrira le 30 mai.

Pour de plus amples informations, les personnes intéressées peuvent consulter la page Facebook « On roule pour Nathan ».

image