31 mars 2017
Sylvain Rochon en cinq constats
Par: Louise Grégoire-Racicot
Les élus ont souligné leur satisfaction concernant la décision du ministre. | Photo: TC Média - Archives/Pascal Cournoyer

Les élus ont souligné leur satisfaction concernant la décision du ministre. | Photo: TC Média - Archives/Pascal Cournoyer

> Ayant travaillé longtemps dans l’ombre des députés ministres Sylvain Simard et Élaine Zakaïb, Sylvain Rochon a dû apprivoiser le rôle de député avec les surprises qu’il comporte. Deux ans après son entrée en fonction, il livre cinq constats au journal Les 2 Rives.

Constat 1: une réputation en souffrance

« Les scandales dans lesquels certains politiciens ont été impliqués ternissent la réputation de tous. Pourtant la plupart des députés font preuve d’abnégation, de dévouement. Les gens croient aussi que le député est désincarné. Ils l’affublent de tous les noms sur les réseaux sociaux. Moi-même, je ne suis pas immunisé contre cela. Souvent d’ailleurs, je supprime les commentaires irrespectueux que des gens peuvent faire sur ma page à l’égard d’autres députés. Et ça surprend ceux qui les écrivent en pensant me faire plaisir. Au contraire. »

Constat 2: trop d’attentes

« Les attentes des électeurs face au député relèvent d’un mythe à déconstruire. Probablement parce que des élus ont pu faire croire que tout ce qui arrive de bon, c’est grâce à eux et que tout ce qui arrive de mal est malgré eux. Mais ce sont les acteurs de terrain qui font avancer les choses. Le député ne fait que donner la dernière impulsion à leur projet. Je ne comprends que depuis quelque temps ce que JFK voulait dire quand il a dit « Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays ». J’y avais toujours vu une phrase bien tournée. Mais elle est profonde. Elle invite à plonger dans la dynamique de l’implication. »

Constat 3: toujours Richelieu à l’esprit

« La politique est, sur le plan humain, une expérience formatrice. Je n’ai réalisé, qu’une fois élu, que le député a toujours son comté à l’esprit. Richelieu me suit tout le temps. Je rencontre constamment des gens impliqués dans tous les secteurs de la vie du comté et imaginent des projets formidables. »

Constat 4: un député distinct du candidat

« Les gens ne distinguent pas souvent le candidat d’un parti du député élu. En travaillant avec le député, ils croient poser un geste politique qui n’en est pas un. Ils travaillent en faveur de la région. Elle pourra rebondir si on sait passer du chacun pour soi au tous pour un. C’est ainsi que les jeunes reviendront avant l’âge de la retraite et que la région pourra connaître son apothéose. Quand il y a un momentum – et on en vit un – il faut y collaborer. »

Constat 5: le député de tous les Richelois

« Rien n’est plus urgent que de pratiquer la politique autrement, tant à l’Assemblée nationale que sur le terrain. Il faut briser le moule de la petite politique qui empoisonne les dossiers et l’exercice des fonctions emballantes de représenter ses concitoyens québécois. Il y a trop de politicailleurs qui entravent le travail du député élu, et cela au mépris de la démocratie. En inaugurant la galerie des députés du comté, j’ai voulu rappeler que tous les députés, peu importe la bannière sous laquelle ils ont été élus, ont été les députés de tous. »

image