20 octobre 2020
Sur pause, le réseautage?
Par: Deux Rives

Marcel Rainville, directeur général du journal Les 2 Rives, offre ce mot d'introduction dans le cadre du cahier Les 2 Rives AFFAIRES. Photo NathB

Mot de Marcel Rainville, directeur général du journal Les 2 Rives

La poignée de main existe depuis l’Antiquité. Certains chercheurs y voient même un fond primitif issu des mammifères. Force est de croire que les règles d’étiquette et le marchandage n’ont pas terminé leur évolution!

Publicité
Activer le son

Depuis quelques mois, ce premier réflexe lors d’une rencontre ou de la conclusion d’une entente est à déprogrammer. Évidemment, les relations d’affaires ne se limitent pas à un contact physique. Cependant, ceux-ci sont beaucoup plus significatifs qu’il n’en paraît. Pensons seulement à toutes les subtilités de la communication non verbale qui ne sont que la pointe de l’iceberg.

Les gens d’affaires vivent un grand bouleversement dans leurs façons de faire du développement, du réseautage et de la prospection. Notre chambre de commerce, tout comme les organisateurs d’événements (congrès, 5 à 7, galas, etc.) peuvent également en témoigner.

Les relations avec les employés doivent également être adaptées. En télétravail, il y a autant d’avantages et d’inconvénients qu’il y a de métiers et de personnalités. Évaluation, productivité, formation, recrutement, partys de bureau; tout est à revoir cette année. Développer et entretenir un esprit d’équipe avec des employés à distance, probablement plus fatigués et anxieux dans le contexte, demande souplesse et compréhension.

Les consommateurs doivent aussi conjuguer avec une expérience de magasinage différente. Au travers plexiglas, gels sanitaires, masques et distanciation, ceux-ci sont grandement appelés à rester loyaux et à acheter local pour les bonnes raisons. En boutique ou en ligne, les marchands continuent à s’adapter pour offrir un service de qualité qui fait la différence et pour maintenir leur image de marque.

Certes, le web aide plusieurs entreprises à poursuivre leurs opérations durant la pause. La crise nous amène à remplacer plusieurs contacts directs, par des courriels, des appels et des rencontres vidéos (parfois même enregistrées) qui nous forcent à aller à l’essentiel. À court terme, tout semble bien rouler; on a le sentiment d’être plus efficaces, de « perdre » moins de temps et tant mieux si cela augmente le temps de qualité à la maison pour certains.

Mais ultimement, est-ce que le développement des affaires et la gestion se réduiraient à du transactionnel pur derrière un écran?

Souvent, les rencontres derrière un écran restent en surface. Tout ne peut se régler en coup de vent, ni être tassé sous le tapis. Certains enjeux sont plus profonds, certaines décisions et négociations doivent être attaquées de front, les yeux dans les yeux et je crois que ce naturel reviendra naturellement un jour… lorsque ce sera évidemment possible.

Les rencontres en « présentiel » permettent de bâtir des liens plus solides pour des relations durables et c’est définitivement plus dynamique, interactif et spontané. Elles nous permettent de mieux comprendre et connaître notre partenaire, nos employés, leurs besoins et enjeux.

Les affaires, c’est un sport de contacts en quelque sorte, voire un jeu, une séduction. Saisir toutes les subtilités de l’humain, cet être complexe, est un art et doit le rester. Les attentes et les habitudes des clients, employeurs et employés évoluent à grands pas et vont naturellement se trouver un nouvel équilibre, une nouvelle norme. Pour ça aussi, il faut se réinventer!

Le journal tient une fois de plus à souligner la semaine de la PME par le biais de ce cahier économique Les 2 Rives AFFAIRES, qui fait le point sur plusieurs enjeux et nouvelles économiques de la région. Vous y trouverez entre autres de nombreux exemples d’entrepreneurs qui, malgré le contexte actuel, ont su se retrousser les manches et innover afin de se démarquer.

En ce dernier trimestre de l’année sur fond de deuxième vague, souhaitons que cette édition offre un peu de perspective au chemin de croix que vivent nos entrepreneurs.

Bonne lecture!

image