10 novembre 2016
Sainte-Victoire-de-Sorel confiera sa protection incendie à Saint-Ours
Par: Louise Grégoire-Racicot
Les maires Jean-François Villiard de Sainte-Victoire de Sorel et Sylvain Dupuis de Saint-Ours. | Photo: TC Média - Louise Grégoire-Racicot

Les maires Jean-François Villiard de Sainte-Victoire de Sorel et Sylvain Dupuis de Saint-Ours. | Photo: TC Média - Louise Grégoire-Racicot

La brigade des incendies de Saint-Ours desservira, à compter du premier janvier 2018, la municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel. Ce qui est loin de plaire à Sorel-Tracy.

Ainsi en ont décidé unanimement chacun des deux conseils réunis en assemblée publique, le 7 novembre dernier.

« Ils ont donné mandat à leurs directeurs généraux d’effectuer les études complémentaires – comptables et légales – pour actualiser leur intention.

Cette décision, pas prise à la légère, en est une gagnante-gagnante », ont commenté les maires des deux municipalités, Sylvain Dupuis et Jean-François Villiard.

Pour Saint-Ours, elle permet la consolidation du service, assure la pérennité de sa brigade et motive encore plus l’équipe de pompiers dont tous sont formés et plusieurs très expérimentés, a dit M. Dupuis. « C’est une façon pour nous de les retenir au sein du service. »

Elle répond en tout point aux exigences du Schéma de couverture de risques de la MRC de Pierre-De Saurel et de la Loi sur la sécurité incendie du Québec, précise-t-il.

Une question de coûts

Sainte-Victoire-de-Sorel y trouve son compte financier, a poursuivi M. Villiard. Pas que la municipalité n’était pas satisfaite du service que lui a donné Sorel-Tracy au cours des 16 dernières années, mais parce que cette délégation de compétence à Saint-Ours lui coûtera passablement moins cher.

Alors qu’elle débourse actuellement quelque 400 000$ pour les services sorelois, Saint-Ours lui exigera 170 000$ auquel s’ajoutera l’achat d’un camion incendie qu’elle payera à raison de 30 000$ par année.

Quant à la construction d’une caserne, elle aurait dû la réaliser même si elle était desservie par Sorel-Tracy, a précisé M. Villiard.

« C’est une raison principalement économique qui nous a guidés. Avec les nouvelles responsabilités que nous confient les gouvernements sans les argents pour les assumer et les nouvelles règles imposées, nous nous devons de diminuer nos dépenses si nous ne voulons pas augmenter les taxes de nos citoyens. »

Dès leur élection à la mairie, en 2013, les deux nouveaux maires avaient abordé la question. Mais il aura fallu une ultime rencontre entre élus des deux municipalités, en août dernier, pour arriver à cette conclusion.

Leurs municipalités ont des territoires limitrophes, disent les deux maires; des populations similaires et des dirigeants désireux d’offrir les meilleurs services à leur population à des coûts moindres.

Elles partagent déjà l’approvisionnement en eau potable depuis des décennies; les jeunes de Saint-Ours jouent au soccer à Sainte-Victoire, Saint-Ours a accueilli les élèves de Sainte-Victoire dans son école. Elles veulent ainsi poursuivre cette coopération tout en conservant leur identité propre, insistent les maires.

Ils se sont donnés un an pour actualiser l’entente, le temps que Sainte-Victoire achète le camion et les équipements requis et que les pompiers se familiarisent avec le nouveau territoire à couvrir.

Sorel-Tracy ne digère pas cette décision

La décision de Sainte-Victoire-de-Sorel de confier sa sécurité incendie à Saint-Ours a estomaqué le maire Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy qui desservait cette municipalité depuis 16 ans.

« Il ont fait cela en toute discrétion. J’ai offert de rencontrer le conseil de Sainte-Victoire, mais sans succès. »

M. Péloquin est tranchant: cette décision affectera le niveau de sécurité incendie des citoyens de Sainte-Victoire et peut mettre en péril leurs biens.

Chiffres en mains, il spécifie que le nombre de pompiers disponibles le jour à Saint-Ours et le temps de réponse de cette brigade est moindre que celui garanti par Sorel-Tracy.

« Sorel-Tracy offre aussi le service s’il y a des matières dangereuses, des espaces clos et s’il y a lieu d’utiliser des pinces de désincarcération. La cote d’assurance des citoyens de Sainte-Victoire pourrait changer. Je crois en fait que c’est toute la qualité du service qui changera. »

M. Péloquin est visiblement fâché par cette entente: y a-t-il eu une véritable étude de marché? Ont-ils reçu l’accord du ministère de la Sécurité publique sur la délégation de compétence?, demande-t-il « Chose certaine, ils n’ont pas discuté avec nous. Je l’ai appris par des tiers. »

Les deux services ne se comparent guère, poursuit-il. « Notre force de frappe est plus efficace et nous répondons rapidement et efficacement aux appels, comme le prévoit le schéma de couverture de risques. C’est de la protection incendie à rabais que l’on observe là. On dénoncera ce concept auprès du ministère. »

Enfin Sorel-Tracy rouvrira l’entente de desserte de Saint-Ours en cas d’appel à l’aide, « car Saint-Ours ne couvrira plus le même territoire, ni le même nombre d’appels, ni la même population », conclut-il.

En 2016, Sorel-Tracy a répondu à 16 appels provenant de Sainte-Victoire.

Au ministère

Porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Alexandra Paré explique que les services incendie sont de compétence municipale.

« Il appartient aux municipalités de définir celui qu’elles se donneront tout en respectant les normes gouvernementales. Elles doivent aussi respecter le schéma de couverture de risques de leur MRC défini selon les caractéristiques propres à leur milieu. »

image