31 mars 2020
Sagesse nécessaire
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Le hamster court. Bien des choses me passent par la tête. Ça va de l’espoir aux questionnements. Oui ça ira, mais quand? Facetime, c’est bien beau, mais quand vais-je pouvoir serrer mes petites-filles dans mes bras?

Publicité
Activer le son

Tout compte fait, je n’ai aucune raison de m’apitoyer. Malgré le confinement, jamais je ne me suis sentie isolée, coupée du monde. Comme je ne m’ennuie jamais ni ne me demande quoi faire. Il y a tant à apprendre encore, à lire, à écouter et à faire. Et il y a surtout la Vie à apprécier!

Mais il me manque sûrement cette présence physique des autres et aux autres. Et si je persiste à ne pas transgresser l’interdit, c’est à la fois pour me protéger de ce virus omniprésent et éviter de devenir à mon tour un vecteur de contagion. Cette même raison qui chaque année m’incite d’ailleurs à recevoir le vaccin contre la grippe.

Car je suis convaincue que c’est ainsi qu’à travers cette chaine de solitudes, nous tissons cette solidarité essentielle à notre autonomie et à un avenir meilleur.

Pour le moment, certains éléments laissent croire que la région s’en tire relativement bien. Mais on ne saurait dire si le coronavirus y est présent. Le CISSS ne juge pas à propos de faire le bilan de sa présence en nos murs. Pour ne pas que les gens cèdent à la panique, explique-t-on. Comme si ne pas savoir, donc imaginer la situation, était moins inquiétant!

Des gens ont malheureusement perdu leur gagne-pain, mais des employeurs comme Rio Tinto Fer et Titane, Finkl Steel – Sorel Forge et ArcelorMittal poursuivent l’essentiel de leurs activités.

Il est rassurant aussi de savoir que des intervenants tenteront de soutenir les places d’affaires et entreprises de la région en appelant chacun de nous à l’achat local et solidaire. Qu’on a mis sur pied un fonds régional d’urgence auquel la MRC a contribué 200 000 $ qu’un comité d’intervention tactique administrera. Sans compter le report sans pénalité du versement des taxes municipales à Sorel-Tracy, ce qui permettra à certains de souffler!

Je me sens surtout choyée de vivre dans un environnement où les gens du secteur de la santé et des services essentiels sont omniprésents et courageux de défier la COVID-19 pour assurer notre sécurité.

Je ne doute pas que nous passerons au travers, plus confiants en nos moyens de survivre et désormais mieux armés pour faire face à l’adversité.

Je suis consciente de tous les efforts que mettent les gens en épicerie et pharmacie pour répondre le plus tôt possible aux besoins de chacun. Presque toutes les pharmacies livrent les médicaments. La livraison des commandes des épiceries est plus problématique pour le moment, les systèmes de commandes en ligne étant surchargés et non prévus pour une telle abondance de demandes.

Aussi, l’aménagement de certaines plages horaires favorisant des groupes d’âge seraient certes bienvenus (Maxi le fait pour les ainés) histoire qu’ils gardent une certaine autonomie qui ne compromet pas leur santé et celle des autres. Car, admettons-le, la situation est particulièrement inquiétante pour ceux qui n’ont pas de proches habitant la région ou d’amis plus jeunes qu’eux pour leur rendre ce service indispensable.

Enfin, comment ne pas apprécier les efforts de nos artistes régionaux qui, sur le Web, illuminent cette période sombre pour plusieurs. Leurs prestations, réflexions et suggestions ne peuvent que combler un vide et réconforter ceux qui les suivent!

Courage à tous. Appréciez le retour des oies blanches et leur cri annonciateur du printemps. Un chant libérateur qui ne peut que nous injecter l’espoir d’une liberté à regagner plus vite si on a la sagesse de rester confinés jusqu’à nouvel ordre!

image