16 octobre 2019
Quelques joueurs s’illustrent au camp d’entraînement des Éperviers
Par: Sébastien Lacroix
Les Éperviers entament leur saison régulière avec un seul match la fin de semaine prochaine, le 18 octobre contre les finalistes de l'an dernier, les Marquis de Jonquière.
Photo : Photos André

Les Éperviers entament leur saison régulière avec un seul match la fin de semaine prochaine, le 18 octobre contre les finalistes de l'an dernier, les Marquis de Jonquière. Photo : Photos André

Difficile de percer un alignement qui vient de remporter deux championnats consécutifs. C’est pourquoi l’entraîneur-chef Christian Deschênes a opté pour un camp d’entraînement court, mais avec une bonne intensité pour préparer son équipe en vue de la saison qui s’ouvrira vendredi soir au Colisée Cardin.

Publicité
Activer le son

« Côté intensité, nous avons repris où on a laissé. Je pense pouvoir commencer au même niveau de mise en forme que ce qu’on avait l’an passé », note Christian Deschênes, qui a déjà vu de belles choses à ce niveau lors des premiers matchs préparatoires.

Avec peu de postes à offrir, les Éperviers n’ont pas fait beaucoup d’invitations à des jeunes. Le camp a surtout servi à voir à l’œuvre quelques joueurs qui ont été acquis au cours de l’entre-saison. Des joueurs de qui on a pu voir de belles choses.

Parmi les joueurs qui l’ont impressionné, Christian Deschênes pointe Victor Beaulac, un arrière qui a évolué pour les Aigles Bleus de l’Université de Moncton au cours des quatre dernières campagnes. Olivier Caouette en est un autre qui arrive des rangs universitaires qui a bien fait. L’ailier qui s’alignait pour les Patriotes de l’UQTR a impressionné par son physique et son coup de patin.

Gabriel Morin, un ailier droit qui évoluait avec les Stingers de l’Université Concordia, s’est aussi avéré une belle surprise lors des matchs intraéquipes. « De là à décrocher un poste, c’est autre chose, mais c’est un jeune (22 ans) qu’on va aimer garder proche de l’équipe quand même et à qui on pourrait donner des matchs comme réserviste », estime Christian Deschênes.

L’entraîneur et le directeur général de la formation avait également hâte de voir comment se comporterait Thomas Beauregard, un joueur qui a déjà brûlé la ligue et qu’il espère relancer en l’amenant à Sorel-Tracy.

« Ce n’est plus le joueur que c’était, mais j’aime son attitude. Je ne voulais pas me fier à ce que j’avais entendu de certaines personnes, a confié l’entraîneur. Il s’est présenté au camp en très bonne forme physique. C’est un gars qui fait ce qu’on lui demande. C’est un beau défi de le ramener au top et jusqu’à maintenant, son camp est très satisfaisant. »

Il y a également le cas d’André Bouvet-Morissette qui était intéressant de surveiller, lui qui a reçu une invitation pour le camp du Rocket de Laval. Une semaine particulièrement intense qu’il a passée avec Joël Bouchard, ce qui lui a permis de peaufiner sa préparation. « Il est arrivé à Saint-Georges (lors du premier match préparatoire le 4 octobre) et il volait sur la glace, raconte Christian Deschênes. Pendant que certains gars de l’autre côté, qui arrivaient de l’Europe, c’était quasiment gênant pour eux autres d’être à côté de lui. »

Au moment d’aller sous presse, il restait à régler la question des gardiens avec la signature de Mathieu Dugas qui s’ajoute à Marc-Antoine Gélinas et Karel St-Laurent. « Il faudra voir si on décide de travailler avec duo ou un trio devant le filet », indique l’entraîneur et directeur général de la formation.

image