21 septembre 2021
Qu’avez-vous retenu de cette courte campagne électorale?
Par: Alexandre Brouillard

Le conservateur Yanick Caisse a réuni plusieurs militants au Salon de quilles Le 300, à Sorel-Tracy, lors de la soirée électorale. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La libérale Nathalie Rochefort a tenu son rassemblement électoral au resto-bar L’amuse-gueule, à Pierreville. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les candidats de la circonscription de Bécancour-Nicolet-Saurel ont vécu une campagne sobre et rapide. Voici ce qu’ils en retiennent.

Publicité
Activer le son

Parti populaire du Canada : Éric Pettersen satisfait de l’ouverture des citoyens

« J’ai beaucoup apprécié mon expérience, qui est l’une des plus belles de ma vie et certainement la plus belle des sept dernières années. J’ai aimé rencontrer des gens et être à leur écoute, que ce soit à la sortie des commerces, des usines et dans des parcs. J’ai vécu de beaux moments d’échanges en personne et également sur les réseaux sociaux. […] J’ai ressenti l’ouverture des gens à l’égard du Parti populaire du Canada. J’ai constaté que beaucoup de gens se questionnent par rapport aux principaux enjeux politiques qui les déstabilisent. Bien sûr, concernant la COVID-19, mais aussi quant à l’économie et d’autres enjeux importants. »

David Turcotte a défendu les positions du Parti vert

« Les jours de campagne se sont déroulés très rapidement. J’ai donc manqué de temps pour rejoindre les gens de la circonscription, mais j’ai participé au débat organisé à Bécancour, où j’ai partagé mes idées et débattu avec les autres candidats. J’ai également partagé mes points de vue avec les médias. D’ailleurs, je suis heureux que les débats et les échanges aient été courtois, parce qu’au niveau fédéral, les sujets polarisants ont suscité des dialogues houleux. J’ai aussi profité de la campagne pour parler de certains enjeux, tels que ceux des logements abordables, la pénurie de main-d’oeuvre et l’environnement. J’ai pu véhiculer les idées principales que le Parti vert a mises de l’avant durant la campagne électorale. »

Catherine Gauvin fière d’avoir fait vibrer la fibre néodémocrate dans la région

« Pour moi, c’était une chance d’avoir des médias locaux ouverts, de pouvoir faire des entrevues. J’ai essayé de faire de mon mieux dans les circonstances que M. Plamondon est là depuis 37 ans. Mon but, c’était juste porter la plateforme du NPD, être présente et faire vibrer la fibre néodémocrate chez les plus jeunes et ceux qui sont pro-environnement pour les amener à redevenir membres et à se mobiliser pour les élections. […] J’ai rencontré un OBNL en alphabétisation. J’ai vraiment aimé ça et j’ai eu la chance d’avoir un contact privilégié avec eux. […] Et il y a eu une belle collégialité aussi entre les candidats, avec un beau respect. »

Parti Libre Canada : une campagne d’apprentissage pour André Blanchette

« J’ai trouvé que c’était une expérience très spéciale, mais ce que j’ai adoré, c’est voir l’ouverture des gens, étant donné qu’on était un nouveau parti. C’est plus qu’un parti, c’est un nouveau mouvement. […] Avant, je ne me serais pas impliqué parce que pour moi, tous les partis c’était pareil. […] Je ne savais pas comment faire du tout. J’ai appris, on va dire, sur le tas pas mal vite. […] Mais comme j’ai dit, j’apprends, et moi, j’aime apprendre. »

La libérale Nathalie Rochefort a aimé l’accueil des gens

« En 2019, j’en étais à ma première année dans le comté quand je me suis présentée à l’élection. Cette année, c’était complètement différent. Je savais où étaient les villes et villages, j’ai appris à connaître la circonscription et surtout, les magnifiques villages et paroisses qui la composent. […] L’accueil des gens pour les idées libérales était très bon. J’ai parlé à plusieurs entrepreneurs qui me disaient que si ce n’était pas des libéraux, leur entreprise fermait, entre autres grâce à l’aide aux employés ou aux subventions pour les employés. Je suis fière d’avoir mené cette campagne dans l’action. »

Yanick Caisse heureux d’avoir incarné le changement auprès des conservateurs

« J’ai aimé mon expérience! Je me suis lancé là-dedans avec de bonnes intentions et pour faire la différence. Durant la campagne, j’ai beaucoup apprécié la réception des gens et j’ai vraiment ressenti un désir de changements chez les électeurs. Peut-être pas un changement immédiat, mais j’ai quand même senti un réel support tout au long de la campagne. […] J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer beaucoup de personnes à travers la circonscription et d’échanger avec plusieurs médias qui m’ont permis de connaître le pouls des électeurs. J’ai aussi aimé échanger sur les enjeux du Canada et du Québec avec d’autres conservateurs ainsi qu’avec des candidats d’autres partis. Maintenant, avec la campagne terminée, j’ai constaté que les gens ont hâte de sortir de la pandémie, mais qu’on doit s’occuper du manque criant de main-d’œuvre, de nos agriculteurs, de l’environnement et des autres enjeux principaux ».

Une campagne pas comme les autres pour le bloquiste Louis Plamondon

« Je dis toujours que chaque campagne est différente, mais elle était très différente des autres. C’est une campagne que je n’ai pas nécessairement aimée parce que je n’ai pas pu rejoindre les gens comme je le faisais lors des autres campagnes. Je me suis tenu, avec rigueur, aux directives sanitaires. Je n’ai pas fait de porte à porte. Moi qui est un maniaque du porte à porte. […] En 2019, le chef avait fait une différence. J’ai dit au caucus que cette année, on n’aurait pas cette espèce de sympathie qu’on a eue en 2019 parce qu’on était des petits nouveaux et qu’on suscitait la curiosité dans la presse (en lien avec la renaissance du Bloc et l’élection du nouveau chef). […] Même si c’était une campagne courte, je l’ai trouvée longue, je dirais pas ennuyante, mais ben proche (rires). »

Élections en pandémie riment avec prudence et patience

Élections Canada a dû prendre des mesures sans précédent pour assurer un scrutin sécuritaire en raison de la pandémie, alors que les votes furent dépouillés à compter de 21 h 30 lundi soir à la fermeture des bureaux de vote. C’est sans compter les nombreux votes par la poste qui ne furent comptabilisés qu’à partir d’aujourd’hui, mardi.

La patience et la prudence étaient donc de mise.

En tant que média responsable, au moment de sortir sous presse, nous avons préféré ne pas extrapoler des résultats très préliminaires, mais plutôt attendre le temps nécessaire pour vous communiquer en temps réel les résultats sur notre site web, puis dans notre prochaine parution pour bien couvrir en entier et avec professionnalisme les résultats de cet important exercice démocratique.

Nous en avons profité pour vous résumer, dans cette présente édition, les faits saillants de cette courte campagne pour les sept candidats dans Bécancour–Nicolet–Saurel grâce à des entrevues réalisées à chaud, hier, tout juste avant le dépouillement des résultats. Notre photographe a aussi pu capter des clichés de trois rassemblements électoraux, tout juste avant l’heure de tombée.

Évidemment, nos journalistes ont par la suite poursuivi leur couverture de ces élections jusque tard en soirée. Les résultats complets, vérifiés et analysés ainsi que des entrevues, chroniques et réactions des candidats sont d’ailleurs disponibles au www.les2rives.com et sur notre page Facebook.

Surveillez notre édition du mardi 28 septembre, puisque vous y retrouverez non seulement une entrevue avec le/la député(e) de Bécancour–Nicolet–Saurel, mais aussi des réactions des candidats défaits. Une entrevue sera aussi réalisée avec le/la gagnant(e) dans la circonscription de Les Patriotes–Pierre-Boucher–Verchères.

Merci de nous lire sur toutes nos plateformes.

La rédaction

image