8 septembre 2016
Plamondon demande l’avis de la population sur le mode de scrutin
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le député Louis Plamondon a été élu par scrutin majoritaire à un tour. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Le député Louis Plamondon a été élu par scrutin majoritaire à un tour. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

C’est par lettre et courriel que le député bloquiste Louis Plamondon lance une vaste consultation sur le monde de scrutin que devrait adopter le Canada en 2019.

:« M. Trudeau l’avait promis. Un comité représentant tous les partis a été formé pour consulter la population sur ce sujet. J’ai jusqu’au 7 octobre pour lui faire parvenir un rapport de ce que les gens de mon comté veulent en cette matière », explique-t-il.

Il a expédié en début de semaine à quelque 1000 adresses (associations, organismes, conseil et élus, syndicats, groupes communautaires, etc.), une brève description des modes de scrutin courants et demande à chacun d’en retenir un. De plus, il fera adresser à tous les électeurs du comté qui ont une page Facebook le même questionnaire.

« Procéder de cette façon me donnera une idée plus juste de ce que veulent les gens. Organiser deux ou trois rencontres sur la question n’aiderait pas à obtenir mieux ou plus. N’y participeraient qu’une cinquantaine de personnes chaque fois, aux idées déjà faites. Ma façon de faire risque de rejoindre beaucoup plus de gens et fera discuter de la question partout. »

Car même si les gens sont peu au courant du projet, quand il en parle, note-t-il, la question intéresse tout le monde. Et ceux qui le veulent peuvent aussi lui faire parvenir un mémoire (pas plus de 3000 mots) pour signifier leur préférence.

« Il faut surtout que les gens sachent que cela s’en vient et qu’ils doivent être aux aguets, car ils auront à vivre avec un nouveau mode de scrutin. S’ils veulent un référendum sur la question, ils peuvent aussi le manifester. Chaque mode de scrutin a ses avantages et ses inconvénients. »

C’est la première fois qu’il organise une telle consultation. Comme il n’a pas de budget pour la réaliser – le Bloc québécois n’étant pas un parti reconnu – il la mène avec les moyens du bord (envois gratuits, papeterie de bureau).

Cinq choix de modes de scrutin

– 1. Système actuel (scrutin majoritaire à un tour) : Le pays est divisé en circonscriptions et les citoyens votent pour élire un seul député dans chacune. Le candidat qui reçoit le plus de votes est élu. Le gouvernement est formé par le parti ayant le plus de députés.

– 2. Système majoritaire à deux tours de scrutin : le pays est divisé en plusieurs circonscriptions et les citoyens votent pour élire un seul député dans chacun des comtés. Si un candidat reçoit plus de 50% des voix, il est automatiquement élu. Si aucun candidat n’obtient la majorité des voix, un deuxième tour de scrutin a lieu 15 jours plus tard entre les deux candidats ayant obtenu le plus de voix lors du premier tour.

– 3. Système proportionnel : 338 députés siègent à Ottawa. Chaque parti dresse une liste de 338 candidats. Les citoyens votent pour le parti et non pour le candidat. Si le parti récolte 30% des voix, il aura 30% des 338 députés, donc les 102 premiers candidats de sa liste sont élus.

– 4. Système proportionnel mixte : il combine le mode majoritaire actuel et le mode de scrutin proportionnel. Il y a actuellement 338 sièges de députés au pays, tous élus avec le mode de scrutin majoritaire. À titre d’exemple, avec un système proportionnel mixte, il pourrait y avoir 169 députés élus avec notre mode de scrutin actuel (les comtés seraient un peu plus grands), mais aussi 169 autres députés qui seraient élus selon le pourcentage de votes que chaque parti reçoit à l’échelle nationale.

– 5. Vote préférentiel, aussi appelé alternatif : le pays est divisé en plusieurs circonscriptions et les citoyens votent pour élire un seul député dans chacun des comtés. S’il y a 5 candidats sur un bulletin de vote, on inscrit à côté de chacun des noms un chiffre représentant le 1er choix, 2e choix, 3e choix, 4e et 5e choix, d’où le nom « préférentiel ». Après le décompte, si un candidat obtient plus de 50% des voix, il est automatiquement élu. Sinon, on élimine le dernier et on applique les 2e choix de celui-ci aux autres candidats. Ce processus est répété jusqu’à ce qu’un candidat obtienne plus de 50% des voix.

image