23 octobre 2015
Plamondon comprend la décision de Duceppe de quitter la chefferie
Par: Louise Grégoire-Racicot
En pleine campagne électorale, Louis Plamondon a accueilli son chef, Gilles Duceppe, le 20 septembre dernier, à l’occasion d’un brunch. du Bloc québécois à Sorel-Tracy. | TC Média - Pascal Cournoyer

En pleine campagne électorale, Louis Plamondon a accueilli son chef, Gilles Duceppe, le 20 septembre dernier, à l’occasion d’un brunch. du Bloc québécois à Sorel-Tracy. | TC Média - Pascal Cournoyer

Le député bloquiste Louis Plamondon regrette fortement que Gilles Duceppe ait décidé de quitter la chefferie du parti, mais il dit comprendre les raisons qui ont guidé cette décision.

Publicité
Activer le son

:« C’est regrettable. Mais je voyais venir cette déception. Tous auraient souhaité qu’il demeure, mais on s’est rallié à sa raison. Nous aurions tous aimé qu’il reste, mais il est quasi impossible pour un chef non élu de demeurer dans ses fonctions », a-t-il rappelé.

Il explique: comme le veut le règlement de la chambre, le chef non élu ne peut arpenter certains corridors du parlement, ou encore prendre la parole à l’intérieur du parlement devant les journalistes, lors d’un point de presse spontané, après la période de question, par exemple.

« J’ai souvent rencontré la presse avec M. Paillé, qui était alors notre chef, mais non élu. Sur une question posée, je répondais que M. Paillé pouvait répondre, mais je devais rester très près de lui. Un chef non élu ne peut jamais parler sans la présence d’un député », poursuit M. Plamondon.

D’ailleurs, M. Duceppe a consulté M. Paillé avant de prendre sa décision, ajoute-t-il.

Président du caucus

Même s’il a refusé considérer être chef par intérim – Rhéal Fortin le sera – il a préféré reprendre les fonctions de président du caucus, poste qu’il a occupé jusqu’en 2011.

À ce titre il guidera les neuf nouveaux élus dans l’apprentissage de leurs nouvelles fonctions. « Il faut d’abord répartir les dossiers selon les intérêts et connaissances de chacun, puis chaque matin, se rencontrer pour établir les questions qui seront posées dans la journée. »

Déjà, a-t-il expliqué, le caucus a arrêté sa façon de travailler et l’embauche des personnels de même que leur assignation.

image