2 septembre 2021
Orienthèque : une nouvelle expertise en diversité et inclusion
Par: Alexandre Brouillard

Megane Hennequin est la nouvelle directrice de la diversité et de l’inclusion à l’Orienthèque. Photo gracieuseté

Avec l’arrivée de Megane Hennequin à titre de directrice de la diversité et de l’inclusion à l’Orienthèque, l’organisme possède dorénavant une expertise pour favoriser l’inclusion des gens issus des minorités culturelles, ethniques, de couleurs, religieuses et des personnes LGBT dans la région de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

Alors que ses tâches seront multiples, Mme Hennequin précise qu’elle contribuera surtout au développement de l’organisation dans les projets reliés à la diversité et à l’inclusion pour créer un milieu de vie qui valorise et respecte les personnes pour le savoir-faire, les compétences et les aptitudes qu’elles mettent au service de la collectivité.

Originaire du nord de la France, Megane Hennequin se dit sensible à la cause de l’immigration et de l’intégration dans un nouveau pays. Étant elle-même immigrante, elle croit pouvoir apporter sa vision multiculturelle à l’Orienthèque. « Je suis passée à travers de ce que les immigrants peuvent vivre. J’ai vécu l’arrivée dans un nouveau pays, lorsque j’ai travaillé en Belgique et en Espagne », raconte-t-elle.

« Avec l’équipe d’Accès-région, dont j’ai la charge, nous devons travailler à rendre la région attirante pour les nouveaux arrivants. Donc, soutenir la croissance de la région, faire des activités de visibilité, faire rayonner l’organisation, développer et maintenir des relations avec des partenaires et participer aux tables de concertation ainsi qu’aux comités régionaux », détaille-t-elle.

De plus, avec l’aide de la conseillère aux entreprises, Laury-Eve Berger, elles accompagnent des employeurs de la région dans les aspects de la diversité et de l’inclusion. « Nous développons des liens avec les entreprises pour connaître leurs besoins selon leurs propres réalités. Pour ce faire, nous les visitons et discutons avec eux pour bien saisir ce que nous pouvons leur apporter », explique la nouvelle directrice.

En plus des immigrants, Mme Hennequin souligne que l’Orienthèque souhaite ouvrir l’horizon des possibilités de la région aux « gens issus des minorités culturelles, ethniques, de couleurs, religieuses et aux personnes LGBT ».

De plus en plus d’immigrants dans la région

Megane Hennequin affirme que la création de ce poste répond à l’arrivée de plus en plus importante d’immigrants internationaux ou d’autres provinces canadiennes dans la grande région de Sorel-Tracy.

« Le poste répond à un besoin important et à la volonté de restructurer l’entreprise. On voulait une hiérarchie plus claire. Au lieu d’avoir des personnes qui travaillent chacune de leur côté, maintenant chaque personne répond à un directeur qui eux se ramènent à la directrice générale. De cette façon, nous favorisons le travail d’équipe et nous maximisons nos services d’inclusion et de diversité », explique-t-elle.

Alors qu’elle commence tout juste son travail à l’Orienthèque, l’équipe a déjà bien entamé la création de liens avec des entreprises de la région. « On sillonne le territoire à la découverte des entreprises qui sont jusqu’à présent très réceptives », mentionne-t-elle.

Malgré la bonne disposition des entreprises, elle soutient que l’enjeu de la rétention est au cœur des préoccupations de l’Orienthèque.

« Il faut rendre la région attrayante pour tout le monde et ainsi offrir des services qui répondent à tous les besoins, parce qu’en région, il manque parfois de diversité. Par exemple, à Sorel-Tracy, il n’y a pas de mosquée pour les familles musulmanes qui voudraient s’installer. Mais ça s’en vient : la preuve, on a un restaurant haïtien et le marché saveur d’Afrique », soutient-elle.

Malgré ce manque à gagner, l’équipe de Mme Hennequin organise diverses activités pour favoriser l’inclusion des nouveaux arrivants. « Bientôt, il y aura l’Espace Parents, des sessions dédiées aux parents immigrants pour connaître le système québécois. Nous organiserons des événements qui répondront aux besoins des immigrants pour comprendre la culture et la société québécoise et nous continuons notre tournée des entreprises », conclut-elle.

image