1 septembre 2016
Onze incidents près des écluses depuis 1990
Par: Julie Lambert
Un kayakiste de 21 ans de Verchères, Gabby Rodrigue, avait péri aux écluses de Saint-Ours le 19 juin 2013. | Photo: Gracieuseté – Sorel-Tracy 911

Un kayakiste de 21 ans de Verchères, Gabby Rodrigue, avait péri aux écluses de Saint-Ours le 19 juin 2013. | Photo: Gracieuseté – Sorel-Tracy 911

Dans les 26 dernières années, 11 incidents impliquant des plaisanciers sont survenus au Canal-de-Saint-Ours. Les interventions des services d’urgence se sont accentuées récemment alors qu’on dénombre six incidents en dix ans, dont deux qui se sont avérés mortels.

Ces données ont été obtenues par le journal La Voix auprès de Parcs Canada, gestionnaire du lieu historique, et des services de sécurité incendie de Sorel-Tracy et Saint-Ours.

Le directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Ours, Serge Avoine, a constaté, depuis son arrivée dans la région il y a cinq ans, au minimum une intervention par année près de ce cours d’eau.

« Nous avons eu autant des incidents en amont des écluses qu’en aval. Il y a des panneaux indiquant les dangers. Ce sont surtout les gens moins habitués qui se retrouvent dans ce genre de situation. Le courant est fort dans ce coin et les plaisanciers se font surprendre », observe M. Avoine.

Le directeur du Service de sécurité incendie de Sorel-Tracy, Carl Woods, est souvent appelé en renfort dans ce genre de situation. Il admet également voir de plus en plus de cas se produire dans les dernières années. Il croit lui aussi que plusieurs facteurs expliquent que les pompiers, tout comme la Garde côtière canadienne, doivent intervenir pour sortir les plaisanciers de leur fâcheuse et souvent dangereuse position.

« La majorité de nos interventions sont dues à leur intrépidité. Il y a beaucoup de sensibilisation chaque année et les panneaux en place sont bien clairs. On conseille aux gens de garder leur distance. De notre côté, nous réalisons une fois par année une simulation avec tous nos partenaires », fait part M. Woods.

Du côté de la Garde côtière canadienne, une seule intervention a été nécessaire en 2014, atteste son coordonnateur des recherches et sauvetages maritimes, François Bélisle.

Depuis deux ans, 265 sorties ont été enregistrées par son équipe de l’embouchure de la rivière Richelieu à Sorel-Tracy jusqu’au lac Champlain. Les cas comme l’incident survenu aux écluses sont plutôt rares, soutient M. Bélisle. Dans la majorité des cas, les trois principales interventions effectuées par la Garde côtière sont pour des échouements, des bris mécaniques ou des pannes sèches.

« Pour certains incidents, on constate que c’est la témérité qui a mis les gens dans cette situation, mais aussi leur manque de connaissance de la navigation. On se demande souvent pourquoi ils se sont mis dans une situation alors qu’elle était évitable. Même s’il faut que les navigateurs passent des tests pour obtenir un permis, c’est leur responsabilité de se mettre à jour », conseille le coordonnateur.

Une situation connue

Selon la porte-parole de Parcs Canada Marie-Ève Francoeur, la sécurité des plaisanciers est une priorité. L’organisme s’assure de prendre toutes les mesures nécessaires pour que les utilisateurs ne courent aucun danger (voir tableau).

L’incident survenu le 26 août au Canal-de-Saint-Ours (voir textes en page 4 et 5) n’obligera pas l’organisme à mettre en place de nouvelles mesures, mentionne Mme Francoeur. « Parcs Canada travaille de concert avec ses partenaires pour renforcer continuellement ses mesures de sécurité et le plan d’intervention d’urgence du barrage de Saint-Ours afin de réduire les risques d’incident et permettre une intervention rapide et efficace en cas d’incident. »

Chaque année, ajoute-t-elle, l’organisme fédéral injecte un montant approximatif de 100 000$ pour l’entretien et l’opération du barrage et du Canal-de-Saint-Ours. Cette dépense inclut les mesures de sécurité, de prévention et de sensibilisation liées au barrage.

Des améliorations seront aussi apportées dans les cinq prochaines années. « Parcs Canada investira 9,3 M$ au lieu historique national du Canal-de-Saint-Ours. Ces investissements permettront d’effectuer la réfection des structures maritimes du Canal-de-Saint-Ours, c’est-à-dire le barrage, l’écluse et la passe migratoire, dans le but d’assurer leur pérennité, de maintenir le lien navigable et de faciliter les opérations du canal […] », explique Mme Francoeur.

Incidents* survenus au Canal-de-Saint-Ours depuis 1990

– 26 août 2016

– 22 août 2014

– 19 juin 2013 (incident mortel);

– 24 juillet 2011;

– saison 2009;

– 16 juillet 2006 (incident mortel);

– 29 mai 2003;

– 18 mai 1998;

– 6 juillet 1996;

– 14 juillet 1993;

– début de saison 1990

*Sources : Service de Sécurité incendie de Sorel-Tracy et Parcs Canada

Mesures de prévention mises en place par Parcs Canada au Canal-de- Saint-Ours

– Une barrière de sécurité en amont du barrage est installée vers le mois de mai.

– Trois flotteurs équipés d’un système d’éclairage sont en vue en amont du barrage, avertissent aussi de la présence de danger.

– Trois autres bouées sont présentes en aval du barrage pour prévenir les plaisanciers des risques et interdire l’accès à cette zone.

– Du marquage et de la signalisation ont été installés sur le pont d’accès du barrage, en amont et en aval de la structure.

– Des bouées de sauvetage sont présentes sur le pont pour les personnes s’y trouvant et qui aperçoivent quelqu’un en situation d’urgence.

– Des exercices d’urgence se déroulent régulièrement avec les services d’urgence pour améliorer le plan d’intervention.

image