16 décembre 2015
« On ne peut pas garder un festival si les gens refusent de payer » – Sylvio Bouchard
Par: Julie Lambert
Le Festival de la gibelotte enregistrera un cinquième déficit de suite pour son édition 2015. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Le Festival de la gibelotte enregistrera un cinquième déficit de suite pour son édition 2015. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Les organisateurs du Festival de la gibelotte, qui avait lieu du 3 au 11 juillet 2015, ont confirmé qu’un autre déficit est inévitable cette année. Des changements majeurs seront nécessaires, pensent-ils, pour assurer sa longévité à long terme.

Un changement de cap est obligatoire avec cinq déficits consécutifs et une marge de crédit de 150 000$ remplie à pleine capacité, estime le membre du conseil d’administration et ex-président, Sylvio Bouchard.

S’il n’a pas voulu avancer de chiffres, M. Bouchard souligne que cette année ne sera pas différente des autres malgré les efforts de l’organisation, dont l’ajout d’activités et de spectacles payants.

« Ce n’est pas une situation insurmontable. On est à la recherche de solutions et on mettra en place un plan d’action. On a tout essayé dans les dernières années, mais on ne peut pas garder un festival de cette qualité si les gens refusent de payer », mentionne-t-il.

Parmi les choix que devront faire les organisateurs, on parle de faire payer les visiteurs à l’entrée au centre-ville (comme c’était le cas il y a quelques années), de diminuer le nombre de journées du Festival ou le nombre de spectacles et de scènes. Toutefois, rien n’est encore arrêté, ajoute M. Bouchard.

Rappelons que le Festival a encaissé des déficits pendants quelques années. En 2013, la perte s’élevait à 64 500$ tandis qu’en 2014, le déficit n’était que de 9040$.

Le montant exact du déficit et l’ensemble du budget de cette 38e édition seront présentés lors de l’assemblée générale annuelle du 26 janvier.

Un financement difficile

Lors de la dernière édition, la municipalité a réduit de 200 000$ à 80 000$ sa contribution financière. Les commanditaires principaux de l’événement se montrent plus prudents que par les années passées en raison du ralentissement économique.

M. Bouchard souligne que l’apport de la municipalité est suffisant, mais que l’organisation devra compter sur d’autres sources de revenus tout en ne pouvant se passer de l’aide de la Ville.

Selon lui, il est souvent difficile de planifier un budget en ayant des réponses gouvernementales seulement en mai. L’organisation espère, habituellement, combler le manque à gagner avec les cartes d’accès, mais leurs ventes sont en diminution depuis plusieurs années.

« On a besoin de la Ville et aussi des citoyens pour autofinancer le festival. On dit aux gens d’être fiers de leur festival. Ils en veulent un, mais que sont-ils prêts à faire pour lui permettre de survivre? », se questionne-t-il.

Ce qu’ils ont dit…

« S’il y a des déficits, ils viennent de la gouvernance. Lorsqu’on a un budget, il y a des colonnes de dépenses et de revenus. C’est le rôle de l’administration de faire en sorte que cela soit équilibré. La Ville apporte son aide autant financièrement que par du soutien technique. » – maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin
« On se donne le temps d’analyser la situation. Je suis conscient des défis que nous aurons à relever en 2016. Les gens travaillent déjà là-dessus parce qu’ils ont à cœur leur festival. » – nouveau président du Festival, Benoit Lefebvre
Changements dans le comité

Rappelons que le Festival a encaissé des déficits pendants quelques années. En 2013, la perte s’élevait à 64 500$ tandis qu’en 2014, le déficit n’était que de 9040$.

Les contrats du directeur des communications, Laurent Cournoyer et du directeur de la programmation, Martin Pelland, arrivaient à échéance en août et n’ont pas été renouvelés.

Le président, Denis Gagné, et le trésorier, Jacques Tremblay, ont quant à eux remis leur démission lors de la dernière édition.

Subventions* de la Ville de Sorel-Tracy au Festival

2010

50 000$

2011 50 000$
2012 65 000$
2013 110 000$
2014 200 000$
2015 120 000$

* Les subventions n’incluent pas le soutien technique et matériel.

Source : Ville de Sorel-Tracy

image