9 janvier 2018
Bilan de mi-saison des Éperviers de Sorel-Tracy
« On n’a encore rien accompli » – Sébastien Rioux
Par: Jean-Philippe Morin

L'entraîneur-chef Christian Deschênes et les joueurs des Éperviers arboraient un chandail de Noël à l'occasion d'un match spécial le 22 décembre dernier, au Colisée Cardin. Les chandails ont été mis à l'encan sur Facebook et les profits ont été donnés à la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel. Seulement avec les gilets, plus de 3000$ ont été amassés. (Photo : Pascal Cournoyer)

L'entraîneur adjoint Dan Archambault et les joueurs des Éperviers arboraient un chandail de Noël à l'occasion d'un match spécial le 22 décembre dernier, au Colisée Cardin. Les chandails ont été mis à l'encan sur Facebook et les profits ont été donnés à la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel. Seulement avec les gilets, plus de 3000$ ont été amassés. (Photo : Pascal Cournoyer)

L'entraîneur-chef Christian Deschênes et les joueurs des Éperviers arboraient un chandail de Noël à l'occasion d'un match spécial le 22 décembre dernier, au Colisée Cardin. Les chandails ont été mis à l'encan sur Facebook et les profits ont été donnés à la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel. Seulement avec les gilets, plus de 3000$ ont été amassés. (Photo : Pascal Cournoyer)

Le chandail en question. (Photo : Pascal Cournoyer)

L'entraîneur-chef Christian Deschênes et les joueurs des Éperviers arboraient un chandail de Noël à l'occasion d'un match spécial le 22 décembre dernier, au Colisée Cardin. Les chandails ont été mis à l'encan sur Facebook et les profits ont été donnés à la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel. Seulement avec les gilets, plus de 3000$ ont été amassés. (Photo : Pascal Cournoyer)

Avec 28 points en 23 matchs et le deuxième rang de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), les Éperviers de Sorel-Tracy sont bien situés au classement en vue de la deuxième moitié de saison qui est déjà amorcée. Mais tout le travail reste à faire, selon le capitaine Sébastien Rioux.

Ce dernier se dit satisfait du travail effectué par tous les joueurs depuis le début de l’année.

« C’est certain qu’il y a eu des moments dans la saison qu’on n’a pas joué comme on le voulait, mais dans l’ensemble, les joueurs ont donné ce qu’ils avaient à donner. Ceci dit, il n’y a rien de gagné. On devra continuer à tout donner », commente le #15 des Éperviers.

Seuls les Marquis de Jonquière, avec 31 points en 23 matchs, devancent les Éperviers au classement. Mais derrière, l’Assurancia de Thetford Mines suit avec 27 points en 24 matchs. C’est tout aussi serré pour les trois dernières équipes, qui ont respectivement 25 points (Rivière-du-Loup), 25 points (Saint-Georges-de-Beauce) et 21 points (Trois-Rivières).

« La parité a changé beaucoup au cours des dernières années. Chaque équipe a trois bonnes lignes d’attaque. Peu importe le match, on sait que ce n’est jamais facile. Aucune équipe ne traine de la patte Si on prend une photo du classement aujourd’hui, ce ne sera pas la même chose à la fin de la saison! », analyse Sébastien Rioux.

Des ajouts payants

Depuis le retour de l’équipe soreloise dans le circuit il y a quelques années, le noyau reste sensiblement le même. Toutefois, des ajouts se greffent au noyau à chaque début de saison. En 2017-2018, ces ajouts ont un impact important sur l’équipe avec notamment André Bouvet-Morrissette (21 points en 20 matchs), Kevin Gadoury qui est parti puis revenu avec les Éperviers (29 points en 20 matchs) et plus récemment, Jean-François Jacques et Mathieu Leduc, revenu d’une blessure depuis peu. Chez les vétérans, Étienne Brodeur connaît une bonne saison avec 27 points en 23 matchs, tout comme les défenseurs Samuel Carrier (18 points en 23 matchs) et Louis Mandeville (16 points en 20 matchs).

« Ça fait une grosse différence. Notre noyau reste solide, mais les joueurs qui s’y greffent ont un impact immédiat. Je ne pense pas qu’il nous manque des éléments, on a tout ce qui faut. Maintenant, il faut se concentrer sur les détails. C’est parfois les petits détails qui nous font échapper des matchs », ajoute le capitaine des Éperviers.

D’un côté personnel, Sébastien Rioux aime toujours son rôle avec les Sorelois. S’il n’était pas certain de jouer cette année en raison de sa situation personnelle et professionnelle, il ne regrette pas sa décision.

« J’aide l’équipe comme je peux! J’ai changé d’emploi, je devrais jouer de façon régulière d’ici la fin de l’année. J’en ai toujours le goût. Et puis, on n’arrête pas de le dire, mais l’objectif premier est de donner une coupe aux partisans. Ça reste toujours notre but », conclut Sébastien Rioux.

image