7 mai 2021
Gestion Événementielle Deschesnes
Ne pas laisser son entreprise prendre la poussière
Par: Stéphane Martin

Le propriétaire Simon Deschesnes est heureux d’avoir pu tirer son épingle du jeu malgré qu’il soit dans un domaine qui a beaucoup écopé pendant la pandémie. On le voit ici avec son frère Sébastien (à gauche) et son père Luc (à droite). Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L’industrie du spectacle et de l’événementiel a eu la vie difficile avec la COVID-19. Alors que certains ont croisé les bras en attendant la fin de la pandémie, d’autres se sont relevé les manches afin d’innover et vivre de leurs innovations.

Publicité
Activer le son

C’est le cas de Simon Deschesnes qui n’a pas eu envie de laisser son entreprise prendre la poussière. Ce dernier a acquis Gestion Événementielle Deschesnes de son père Luc Deschesnes le 1er mars 2019 et il ne se doutait pas qu’un an plus tard, son entreprise se retrouverait dans la catégorie des compagnies les plus impactées par cette pandémie.

« Quand la pandémie a été déclarée, ç’a été la journée dans ma carrière où j’ai eu le plus d’annulations d’événements. Les mariages, les fêtes dans les municipalités, les réservations de jeux gonflables, les spectacles prévus dans les festivals, les congrès; tout le monde a suivi les consignes du gouvernement. Je ne voyais plus la lumière au bout du tunnel », raconte M. Deschesnes.

L’entrepreneur s’est toutefois retroussé les manches. « On a regardé ce qui se faisait ailleurs et l’on avait de la demande pour une formule spectacle dans des voitures. La difficulté aura été de trouver des partenaires puisque les coûts sont élevés comparativement à la rentabilité de l’événement. Les retombées de la vente de billets sont moindres puisque l’on charge à la voiture comparativement à un spectacle où le prix est par personne. Nous avons bâti un concept et avons approché la station de radio CJSO qui célébrait son 75e anniversaire. Ç’a été une formule gagnante pour tous. Ainsi est né le Parc Musifilms de Sorel-Tracy qui aura été, sans vouloir se vanter, le seul événement à voir le jour à l’été 2020 », se réjouit-il.

Cette aventure aura amené l’entrepreneur à développer un autre concept qui allait lui donner autant de succès, cette fois, du côté de l’Hôtel de la Rive. « On savait que cette année, il n’y aurait pas de party des fêtes. À l’Hôtel de la Rive, il y a des chambres avec une vue superbe sur le fleuve et des balcons qui ne communiquent pas ensemble. Une chambre d’hôtel est une bulle en soi. Tout ce qui nous restait à faire était d’installer une scène extérieure et d’offrir un spectacle à cette clientèle qui bénéficiait par la suite d’un souper dans leur chambre et d’une nuitée. On a sorti le gros kit pour un spectacle multimédia avec les écrans géants, un DJ et un animateur. Ce fut un succès immédiat. La première soirée a amené un bouche-à-oreille extraordinaire. Tous les événements que l’on a présentés se réservaient en quelques heures », se souvient Simon Deschesnes.

Avec la vaccination qui bat son plein et la reprise des spectacles, l’homme d’affaires a bon espoir d’un retour à la normale pour un avenir rapproché.

image