13 janvier 2021
Trois des six fondateurs sont de Sorel-Tracy
Maintenant incorporée, Ozero Solutions a le vent dans les voiles
Par: Alexandre Brouillard

Les instigateurs du projet Ozero sont, dans l’ordre : Christophe Morin, les Sorelois Maxime Guay, Benjamin Farley et Matys Tessier, ainsi qu’Olivier Harpin et Olivier Liberge. Photo gracieuseté

À l’origine un simple projet universitaire d’étudiants au baccalauréat en génie mécanique à l’Université de Sherbrooke (UdeS), Ozero Solutions est dorénavant une compagnie incorporée au Registre des entreprises du Québec. En ce début de nouvelle année, les six fondateurs de la compagnie, dont trois Sorelois, se sont fixé plusieurs objectifs, dont celui de livrer leurs premières stations de lavage et de décontamination l’été prochain.

Publicité
Activer le son

« Nous avons terminé notre baccalauréat en génie mécanique l’automne dernier. Mes collègues et moi travaillons actuellement à temps plein sur notre projet. Je suis fier de dire qu’Ozero est dorénavant une compagnie incorporée au Registre des entreprises du Québec », mentionne le cofondateur de l’entreprise, Maxime Guay. Les Sorelois Matys Tessier et Benjamin Farley sont aussi impliqués, tout comme Olivier Harpin et Christophe Morin de Saint-Hyacinthe ainsi qu’Olivier Liberge de Drummondville.

Ozero Solutions est une station de lavage et de décontamination qui permet de nettoyer la coque des bateaux, leur remorque de mise à l’eau ainsi que leur tuyauterie interne (ballasts et viviers). Elle sert à prévenir la prolifération des espèces exotiques envahissantes dans les plans d’eau. Elle participe donc à la préservation des lacs dont la qualité de l’eau est menacée.

En 2020, lors de leur participation à l’AquaHacking, en Colombie-Britannique, les six entrepreneurs avaient réalisé l’importance que représente leur station de lavage et de décontamination. « Ce concours est un point tournant pour nous. En plus du 20 000$ gagné, nous avons pu intégrer l’incubateur entrepreneurial Accélérateur de création d’entreprises technologiques (ACET) qui nous épaule dans toutes les étapes du développement d’Ozero. Toutefois, le plus grand apport de notre présence à ce concours, c’est la visibilité qu’il nous a offerte », souligne le jeune entrepreneur sorelois.

Depuis quelques mois, les six entrepreneurs cherchaient un local ils pourraient développer l’aspect administratif de leur entreprise tout en possédant l’espace nécessaire pour construire leur station de lavage. Ils ont finalement loué un local de 1100 pieds carrés à Drummondville. « Nous avons vraiment été chanceux de trouver ce local qui se trouve dans l’usine de Covana. Nous avons même accès à l’expertise de certains ingénieurs qui s’y trouvent ainsi qu’à des machines d’usinage qui aideront à l’assemblage de nos stations », explique Maxime Guay.

2021 : une année de défis

Depuis la fin de l’été, les six fondateurs travaillent d’arrache-pied sur la propriété intellectuelle de l’entreprise. « Nous sommes en train de concrétiser notre stratégie de protection de notre technologie avec l’aide de l’ACET afin de monter un brevet potentiel », précise Maxime Guay.

En plus de cela, quelques contrats de vente sont sur le point d’être signés. « Les MRC des Sources et Saint-Michel-des-Saints ont démontré de l’intérêt pour notre station. Puis, lors de notre tournée en Abitibi-Témiscamingue l’été dernier, nous avons eu de très bonnes discussions avec la compagnie minière Agnico Eagle ainsi qu’avec la Ville d’Amos. De plus, environ une dizaine d’autres municipalités nous ont démontré de l’intérêt », se réjouit-il.

Par ailleurs, ils comptent soumettre leur projet au concours de Bourses Pierre-Péladeau qui a pour mission la stimulation de la création d’entreprises au Québec. Ils désirent également participer à la Coupe des Start-up 2021 afin de démontrer l’efficacité et les apports de leur station de lavage et de décontamination.

image