4 décembre 2015
Les usagers du transport collectif seront mieux accommodés
Par: Louise Grégoire-Racicot
Une partie de la flotte de transport adapté et collectif régional. | Photo: TC Média- Archives:

Une partie de la flotte de transport adapté et collectif régional. | Photo: TC Média- Archives:

La clientèle du transport collectif rural (à bord d’autobus du transport adapté), a diminué depuis quelques mois. Ce pourquoi la MRC de Pierre-De Saurel propose un projet pilote de trois mois pour mieux l’accommoder.

Depuis le premier décembre, elle offre de véhiculer les usagers (aller-retour) de Sorel-Tracy vers la municipalité qu’ils habitent et/ou ils travaillent, en milieu rural, sans qu’il y ait nécessairement une personne handicapée à bord, comme c’était le cas auparavant.

À noter que ce changement n’affecte en rien le transport adapté des personnes à mobilité réduite.

Trop d’irritants

« La décision a été prise à la suite de plaintes faites par les usagers du transport collectif. Ces derniers ne peuvent compter sur un transport collectif, car ils n’y ont accès que si une personne handicapée l’utilise. Autrement, ils doivent s’arranger seuls. Ce qui est peu pratique pour un étudiant ou un travailleur qui a besoin à heures précises du service », explique Patrick Delisle, directeur général adjoint de la MRC de Pierre-De Saurel, responsable de ce dossier.

Autre plainte: comme le service dépend des besoins d’une personne handicapée, le passager du transport collectif ne peut compter se rendre à un rendez-vous spécifique.

« Un rendez-vous chez le médecin, le dentiste ou la coiffeuse est à une heure précise. On ne peut le changer. Aller magasiner ne nécessite pas d’y être à une heure donnée. Nous voulons atténuer ces irritants », poursuit-il.

La suite dans trois mois

De fait, le transport adapté est une obligation légale. Il est subventionné. Et la MRC a reçu 100 000$ pour ajouter du transport collectif. Une façon de rentabiliser le service – les autobus sont sur la route – tout en accommodant plus de gens, note M. Delisle. Il faut y être inscrit pour en profiter (450-746-7827), rappelle-t-il.

Ce projet permettra de comptabiliser le nombre de déplacements pour le transport collectif, précise Christopher Chittaro, chargé de projet chez Gestrans, mandaté par la MRC pour gérer le service.

« On mesurera les véritables besoins des usagers, les routes empruntées, les horaires principaux et les coûts impliqués. Puis on pourra trancher sur le service à offrir par la suite », conclut-il.

image