23 janvier 2019
Nouveau schéma d'aménagement de la MRC de Pierre-De Saurel
Les maires adoptent la nouvelle cartographie à contrecœur
Par: Katy Desrosiers
En novembre 2017, un citoyen de Saint-Roch-de-Richelieu a été victime d'un important glissement de terrain.
Photothèque / Les 2 Rives ©

En novembre 2017, un citoyen de Saint-Roch-de-Richelieu a été victime d'un important glissement de terrain. Photothèque / Les 2 Rives ©

Lors de la séance du conseil de la MRC de Pierre-De Saurel du 16 janvier, les maires se sont résolus à adopter la nouvelle cartographie du territoire malgré les demandes répétées au gouvernement d’effectuer une rencontre préalable pendant laquelle les citoyens auraient pu questionner les représentants des ministères concernés sur le cadre normatif associé aux glissements de terrain.

Selon les nouvelles normes, il est permis de reconstruire un bâtiment après un sinistre autre qu’un glissement de terrain, sans expertise géotechnique, seulement si les fondations sont en état. Dans ce cas, il est permis de reconstruire directement sur les fondations. Pour ce qui est d’une piscine hors terre, elle pourra être remplacée dans la même année sans expertise géotechnique si elle possède les mêmes dimensions.

Les maires de la MRC ont signifié leur malaise à adopter ce règlement. Deux conseillers, soit Sylvain Dupuis, maire de Saint-Ours, et Alain Chapdelaine, maire par intérim de Saint-Roch-de-Richelieu, se sont positionnés contre l’adoption, alors que les 10 autres conseillers présents ont voté pour.

« Je suis mes convictions, malgré la rencontre avec le ministère du 4 décembre, je désirais adopter ce règlement après une rencontre avec les citoyens concernés. C’est bien de ne pas faire un vote unanime. Cela montre clairement qu’il y a un désaccord », explique le maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis. De son côté, Alain Chapdelaine affirme qu’il fait que ce l’ancien maire Michel Beck, décédé le 20 novembre dernier, aurait voulu. Il ajoute que ce dernier aurait aussi souhaité une consultation citoyenne.

Le maire de Saint-Joseph-de-Sorel, Vincent Deguise, a mentionné que sept avis de motion ont été auparavant adoptés afin de demander au gouvernement une rencontre avec les citoyens. Denis Marion, maire de Massueville, avoue que l’hésitation qu’ont eue les conseillers avant d’adopter le règlement démontre bien le malaise face à l’opération. « Nous avons exprimé clairement et plusieurs fois aux différents ministères le malaise que nous avons tous », déclare M. Marion.

Des rencontres citoyennes sont à prévoir

Sébastien Gariépy, relationniste de presse pour le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) et ministère de la Sécurité publique, affirme qu’il a été convenu le 4 décembre dernier, avec les élus municipaux, d’effectuer des séances d’informations auprès des citoyens concernés avec l’implication des ministères de la Sécurité publique, des Affaires municipales et de l’Habitation et des Transports, seulement après que le règlement de modification du schéma d’aménagement ait été adopté à la MRC. Ainsi, lorsque la MRC aura transmis son règlement, le MAMH aura 60 jours pour signifier si celui-ci est conforme aux orientations gouvernementales, après consultation des autres ministères impliqués dans le dossier.

image