5 décembre 2017
MRC de Pierre-De Saurel et Contrecœur
Les femmes moins présentes dans les conseils municipaux en 2017
Par: Julie Lambert

La mairesse de Yamaska Diane De Tonnancourt (Photo: Gracieuseté)

La conseillère municipale de Sorel-Tracy Dominique Ouellet (Photo: Pascal Cournoyer)

La conseillère municipale Sylvie Labelle (Photo: Pascal Cournoyer)

Alors qu’elles représentaient 27% des élus en 2013, les femmes ne sont qu’une vingtaine à siéger sur les conseils municipaux de la MRC de Pierre-De Saurel et de Contrecœur depuis les dernières élections.

Publicité
Activer le son

Selon les données recueillies par le journal Les 2 Rives, une quarantaine de femmes ont présenté leurs candidatures pour les postes de mairesses et de conseillères sur le territoire (voir tableau).

De ce nombre, 20 ont obtenu les votes nécessaires pour rafler un des 93 sièges dans les conseils municipaux. Elles sont majoritairement des conseillères municipales. Seulement deux candidates sont devenues mairesses, un chiffre semblable aux élections municipales de 2013.

La différence est visible au niveau du nombre de femmes élues au total. Alors qu’on en comptait 25 en 2013, elles ont diminué de 20% en 2017. Les élues représentent une proportion de 32% au Québec et de 29% en Montérégie. Dans la région, c’est plutôt 22%.

De l’espoir pour la parité

Depuis 2005 dans l’ensemble du Québec, la présence des femmes est plutôt en hausse (voir tableau). Malgré cette baisse enregistrée dans la région, les résultats des dernières élections sont encourageants, croit la politologue et coordonnatrice aux communications du Groupe Femmes, Politique et Démocratie, Nathalie Lavoie.

« Le nombre de candidates au scrutin général a connu une progression au Québec. On ne peut pas parler d’une vague rose, mais peut-être plus d’une vaguelette rose si on considère les effets enregistrés dans les régions et dans les grands centres », mentionne Mme Lavoie.

Elle cite en exemple l’élection historique de Valérie Plante à Montréal, une première en 375 ans. Plusieurs mairesses ont aussi été élues à travers la province, notamment à Saguenay, Brossard et Rivière-du-Loup.

Malgré tout, il reste encore du travail à réaliser. Selon Mme Lavoie, les femmes hésitent beaucoup plus longtemps que les hommes avant de déposer leur candidature.

Le salaire peu intéressant au niveau municipal, la répartition de la charge familiale, la situation économique, l’absence des femmes dans des postes clés, le traitement des médias envers les femmes ainsi que la confiance en soi sont aussi des obstacles pour les candidates.

« Les femmes ont tendance à se sous-évaluer de 30% tandis que les hommes se surestiment de 30%. S’il y a plus d’élues au pouvoir, cela aidera certainement les femmes à avoir plus de modèles et à prendre confiance en elles », mentionne Mme Lavoie.

En 2016, l’organisme a initié un mouvement pour exiger un grand chantier sur la parité où il demande de rendre obligatoire le fait de présenter autant de candidatures féminines que masculines dans les partis politiques, les organismes de représentation des municipalités et les MRC.

Mme Lavoie pense qu’un bon pas a été franchi lors des dernières élections. « L’électorat n’est pas sexiste. Les partis sont la clé de la solution. Si on oblige une masse critique de candidatures et qu’on fait déjà des efforts pour recruter les femmes tôt, il y aura davantage de possibilité d’obtenir la parité », conclut-elle.

Des obstacles à surmonter

Les élues de la région constatent une progression au niveau de la présence des femmes en politique. Malgré tout, certaines femmes hésitent toujours à se lancer.

La conseillère municipale depuis 2009 à Sorel-Tracy, Dominique Ouellet, est la présidente du Réseau des élues municipales de la Montérégie. Selon elle, la baisse d’élues dans la région n’est pas surprenante.

Elle peut être expliquée en partie par le manque de fonds octroyés aux organismes par le Secrétariat à la condition féminine pour soutenir les candidates.

« En 2009 et 2013, nous avions, au Réseau, une personne qui coordonnait les rencontres et les consultations avec les candidates. Cette année, nous n’avions que nous. Nous ne pouvions pas tout faire avec nos emplois du temps chargés ainsi que notre propre campagne », explique la conseillère municipale.

Les activités de son organisme sont importantes pour donner le petit coup de pouce aux femmes qui souhaitent se lancer, considère-t-elle.

« Elles pouvaient échanger sur les enjeux, les difficultés, la conciliation travail-famille avec les conseillères et les mairesses. Les candidates étaient aussi soutenues pendant leur campagne. Quand on sortait de là, on savait dans quoi on s’embarquait », assure-t-elle.

Syndrome de l’imposteur

Nouvellement élue mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, voit de bon augure l’évolution de la situation partout au Québec. Lors de sa première élection en 2005 comme conseillère, elle a dû faire ses preuves, souligne-t-elle.

« Je l’avais pris comme un défi. J’ai été élue une première fois comme conseillère avec une faible majorité, la deuxième fois avec une grande majorité et la troisième fois sans opposition. Je suis aussi devenue la première mairesse au conseil municipal », mentionne-t-elle.

Elle trouve toutefois dommage d’être la seule femme à siéger à la table de la MRC de Pierre-De Saurel. La mairesse croit que les femmes doivent y penser à deux fois avant de franchir un nouveau palier.

« Quand les femmes se consacrent à quelque chose, elles ne le font pas à moitié. Mais plusieurs ont le syndrome de l’imposteur. Elles se posent des questions alors que les hommes foncent », souligne Mme De Tonnancourt.

Nouvellement conseillère municipale à Sorel-Tracy, Sylvie Labelle pense que tout comme la société, chaque conseil devrait être représentatif de sa population.

« Cela exige une très grosse implication et c’est ce qui freine certaines femmes. La première fois, on saute dans l’inconnu. Il faudrait autant de femmes que des jeunes ou des vieux. J’ai senti pendant mon porte-à-porte que c’est ce que les gens souhaitent aussi. Les résultats dans certains quartiers le démontrent », pense-t-elle.

Selon la nouvelle mairesse de Contrecœur Maud Allaire, être une élue permet de faire entendre sa voix.

« Plusieurs élues ont ouvert la voie. Il faut oser s’exprimer. Cela ne fait pas aussi longtemps que nous avons le droit de vote, il ne nous faut pas perdre nos acquis. Je n’ai jamais arrêté même si j’avais trois enfants en bas âge lors de ma première élection en 2009. C’est un choix de couple et aussi de famille. C’est possible de s’organiser », conclut-elle.

Présence des femmes dans les conseils municipaux de la région

Municipalité Nombre de postes au conseil municipal* Nombre total de candidats aux élections de 2017 Nombre de candidates aux élections de 2017 Nombre de femmes au conseil municipal en 2017 Nombre de femmes au conseil municipal en 2013
Saint-Aimé 7 10 3 (dont 1 à la mairie) 1 conseillère 1 mairesse, 1 conseillère
Saint-Robert 7 9 3 (dont 1 à la mairie) 2 conseillères 3 conseillères
Saint-David 7 10 3 comme conseillères 2 conseillères 2 conseillères
Massueville 7 7 2 comme conseillères 2 conseillères 2 conseillères
Yamaska 7 8 2 (dont 1 à la mairie) 1 mairesse, 1 conseillère 3 conseillères
Saint-Ours 7 10 3 comme conseillères 2 conseillères 2 conseillères
Sainte-Victoire-de-Sorel 7 17 5 comme conseillères 2 conseillères 1 conseillère
Sorel-Tracy 9 27 4 comme conseillères 2 conseillères 2 conseillères
Sainte-Anne-de-Sorel 7 12 3 comme conseillères 2 conseillères 2 conseillères
Saint-Joseph-de-Sorel 7 15 7 comme conseillères 2 conseillères 1 conseillère
Saint-Roch-de-Richelieu 7 18 2 (dont 1 à la mairie) 0 2 conseillères
Saint-Gérard-Majella 7 8 0 0 0
Contrecoeur 7 17 4 (dont 2 à la mairie) 1 mairesse 1 mairesse, 2 conseillères
Total 93 168 40 20 (22%) 25 (27%)
*Ce nombre inclut les postes de conseillers et ceux des maires. Source : Directeur général des élections du Québec

Proportion des femmes élues dans les municipalités au Québec

  • 2005 : 24,8%
  • 2009 : 27,5%
  • 2013 : 29,9%
  • 2017 : 32,3%

Source : ministère des Affaires municipales

Répartition des conseils municipaux selon leur composition hommes-femmes en 2017

Composition hommes-femmes Nombre de conseils municipaux au Québec Nombre de conseils municipaux dans la MRC de Pierre-De Saurel et Contrecœur
Moins de 40% de femmes 673 13
Entre 40% et 60% de femme (parité) 382 0
Plus de 60% de femmes 45 0
Total 1 100 13
image