18 mai 2018
Les cours d’éducation sexuelle seront offerts après Noël à Sorel-Tracy
Par: Sarah-Eve Charland
22 septembre 2011, Violence dans l'école contre les professeurs. Ecole Secondaire Fernand-Lefebvre au 265 Rue De Ramezay, Sorel-Tracy. PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI.

Le contenu pédagogique sera ajouté aux cours existants de la 1re année du primaire à la 5e année du secondaire. (Photo : Archives)

Les cours d’éducation sexuelle seront donnés après le temps des Fêtes à la Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy afin de se donner le temps de planifier l’intégration de la nouvelle matière aux cursus scolaires.

Les CS devront consacrer entre 10 et 15 heures par année scolaire de la 1re année du primaire à la 5e année du secondaire. Les contenus seront donnés sous forme de différents thèmes déjà déterminés par le ministère de l’Éducation.

« Le ministère a produit du contenu pédagogique, ce qui est plutôt rare. Il y a déjà du travail effectué par le ministère. On va recevoir ce contenu sous peu. On va se donner la première partie de l’année pour tout mettre en place », affirme la directrice des communications de la CS, Geneviève Handfield.

Le ministère a indiqué le contenu qui doit être transmis pour chacune des années scolaires. La CS a le choix d’intégrer le contenu, par exemple, dans le cours de son choix au niveau secondaire. La CS prendra donc le temps de se pencher sur la question et d’analyser également les possibilités de créer des partenariats avec des professionnels de la santé.

« L’enseignement des contenus sera fait probablement après Noël. Pour une quinzaine d’heures, on est capable de le faire sans problème pour la deuxième partie de l’année », assure Mme Handfield.

La présidente du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu, Lisette Trépanier, se montrait inquiète il y a quelques semaines alors que ses membres n’avaient suivi aucune formation.

« On va suivre ça de près. On n’a pas encore les balises. La CS doit tout de même trouver les enseignants qui souhaiteront le faire. Il s’agit tout de même d’ajouter de la matière à leur cours. On va soutenir les enseignants si nécessaires », mentionne Mme Trépanier.

Des cours bien accueillis

Le commissaire parent Martin Cyr ajoute que la nouvelle a été bien reçue de la part des parents. « On considère que c’est un plus dans l’éducation de nos enfants. L’inquiétude que les parents ont eue est de savoir qui donnera le cours. Est-ce que les enseignants en place ont une formation adéquate? Par contre, la CS nous a rassurés en nous disant que les parties plus pointilleuses et délicates seraient enseignées par les infirmières ou les psychologues. »

La Direction de la santé publique de la Montérégie voit également d’un très bon œil la mise en place de ces cours.

« L’éducation à la sexualité est l’une des mesures qui contribue à l’intégration harmonieuse de la dimension sexuelle et à la prévention des problèmes telles que les agressions sexuelles, les infections transmissibles sexuellement et par le sang et les grossesses à l’adolescence. Ce que l’on connaît des apprentissages proposés par le ministère de l’Éducation, c’est qu’ils permettront justement d’aborder différentes thématiques en fonction du développement des jeunes du préscolaire jusqu’à la fin du secondaire », souligne l’agente d’information à la direction de la santé publique Montérégie, Chantal Vallée.

À l’heure actuelle, les statistiques les plus récentes sur la santé sexuelle des jeunes dans la MRC de Pierre-De Saurel remontent à 2011. La Direction de la santé publique affirme que de nouvelles données sortiront sous peu.

image