9 mai 2018
Les compétitions équestres ont généré 7,2 M$ en retombées économiques en 2017
Par: Sarah-Eve Charland

La prochaine saison sera composée de 20 compétitions équestres. (Photo : Gracieuseté/Pascal Cournoyer)

La prochaine saison sera composée de 20 compétitions équestres. (Photo : Gracieuseté/Pascal Cournoyer)

Les compétitions équestres représenteraient des retombées économiques annuelles de 7,2 M$ pour la région, selon les données de la Société d’agriculture de Richelieu (SAR). La prochaine saison serait tout aussi prometteuse, estime l’organisation.

L’organisme a actualisé les statistiques prévisionnelles recueillies en 2009 pour justifier la construction d’un centre de compétition équestre qui a finalement vu le jour en 2010. Selon le directeur général de la SAR, Marco Lavallée, la construction du Centre multifonctionnel Richardson a fait exploser les retombées économiques.

« Quand je suis entré en poste en 2001, il n’y avait que cinq compétitions par année. On a développé le marché. Depuis qu’on a construit le centre couvert, il y a une compétition toutes les fins de semaine du 4 mai au 23 septembre », raconte-t-il.

En 2017, 4753 compétiteurs ont pris part à l’une des 19 compétitions organisées dans la région. Ils provenaient, entre autres, du Québec, du Vermont, du Connecticut, du Maine, du New Hamsphire, du Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve ou de l’Île-du-Prince-Édouard. La SAR estime que 70% des compétiteurs résident à plus de 80 km de Sorel-Tracy.

« On a un rayonnement hors Québec. Certains partent de loin pour venir ici à Sorel-Tracy. Certaines compétitions ressemblent à des compétitions de la Ligue nationale de hockey. D’autres ressemblent plus à la Ligue américaine. Nous accueillons des champions du monde, des professionnels », affirme M. Lavallée.

Selon les prévisions de la Société d’agriculture de Richelieu, les compétiteurs dépensent en moyenne 1520$ pour eux et leur famille lorsqu’ils sont de passage dans la région. Ces sous sont dépensés pour de la nourriture, de l’hébergement, du transport, du magasinage, des loisirs, un vétérinaire, des médicaments pour les animaux et autres dépenses.

«Si près de 70% des compétiteurs proviennent de l’extérieur, une grande partie de ces retombées sont des argents neufs. Ils viennent enrichir la région. C’est la grande force de ces compétitions-là », croit le directeur général.

L’installation est l’une des forces de ces événements, selon M. Lavallée. Le Centre multifonctionnel Richardson a été construit grâce à un investissement de 271 600$ de la SAR, de 328 400$ par la Ville de Sorel-Tracy, de 1 350 000$ du gouvernement du Québec et de 400 000$ du milieu privé.

« Dans le nord-est américain, on est le site le mieux coté. Nous avons des installations de qualité et une grande capacité d’accueil. On peut accueillir près de 350 chevaux pour une même compétition. On a un manège couvert d’une dimension olympique. Les compétitions peuvent donc avoir lieu peu importe les intempéries », assure-t-il.

image